Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

A qui profite le candaulisme... ?

! Signaler un contenu abusif

Les amateurs/amatrices de sensations fortes peuvent passer leur chemin car dans cette contribution nul d’histoire vraie ou construite de toute pièce permettant de réveiller vos fantasmes les plus fous ou qui pourrait épancher votre soif de sexe.

Tout d’abord et comme le prévoit la règle je me présente.
Je suis un homme âgé de 47 ans qui malgré les épreuves du temps a la chance d’être préservé. En effet, d’un physique plutôt flatteur si j’en crois les retours de la part de mes ami (s) et (es), je pense être comblé sur de nombreux aspects tant sur le point psychique, physique et sexuel. Je vis en couple, suis marié et ai la chance d’avoir une relation stable et durable qui me procure un plaisir intense et exceptionnel.

Imaginez plutôt : une vie équilibrée basée sur des rapports simples et poussés qui vous permettent de réaliser toutes les folies qui vous passent par la tête.
Ici point de référence ou de jugement de ma part (ce qui sera repris dans mon propos) mais un postulat de départ qui me permettra de fixer une première règle visant à vous préciser que je me passe volontiers de psychanalystes en herbe et ne suis pas là non plus pour jouer le rôle de psychiatre, sermonneur ou donneur de leçon.

En un mot, ma situation et vie de couple actuelles me suffisent amplement et me permettent de m’épanouir de jour en jour sans ressentir la moindre frustration !
J’en vois déjà qui vont se dire « mais pourquoi est-il ici, qu’elle démarche l’a poussé à venir sur le site numéro 1 du candaulisme ? »

En toute franchise, je ne connaissais pas, il y a encore quelques semaines, l’existence de ce mot tant au niveau de la sémantique qu’au niveau de sa pratique. Je ne nie pas que je sois animé de fantasmes et qu’il m’arrive parfois de partager avec ma partenaire (qui joue merveilleusement bien tous les rôles) mes idées du moment et de lui expliquer que cela me plaît de l’imaginer entreprise en même temps que moi par un autre homme. Nous utilisons aussi quelques artifices qui permettent de pimenter le quotidien mais nous n’en n’abusons pas car à mon humble avis, le plaisir réside aussi dans la façon de l’appréhender tant sur le fond que sur la forme.

Pour en revenir à mes recherches sur le candaulisme, ce qui démontre une certaine ouverture d’esprit de ma part, je découvre cette pratique qui dissimule d’innombrables codes. C’est ainsi que je m’aperçois que de nombreuses contributions comptées sur ce site sont montées de toutes pièces pour favoriser la montée en température en cette période hivernale (quoi qu’en ce moment est-ce vraiment nécessaire ?).

Ces quelques lectures me permettent d’observer qu’il y a bien souvent amalgame dans cette pratique qui, si l’on se réfère à sa définition, ne doit revêtir les orientations ou chemins que certains décident de mettre en œuvre ou « subissent ».

Dois-je citer certains termes ou situations bien loin du désir de départ ? Ce ne sont pas les initiés qui me contrediront, car une pratique « saine » du candaulisme lorsque tous les paramètres sont réunis, ne doit pas générer de frustration ou alors conduire à des postures surréalistes.

Dans l’ordre et par analogie, le terme de "cocu" semble donc inadapté car le candauliste est justement l’homme ou la femme qui prend du plaisir à voir son partenaire en partager avec un autre. Ici pas de tromperie donc pas de cocufiage.

Que penser des situations qui génèrent des "anomalies" du type :
- Ma femme ou mon homme me quitte que dois-je faire ; dois-je le ou la laisser vivre avec une ou un autre en dehors du cercle intime du couple ;
- Il ou elle veut un enfant avec elle ou lui ?
En d’autres mots, ces situations peuvent-elles générer un équilibre dans la relation de couple ?

Si une fois de plus je ne peux que m’incliner et respecter le choix que font certaines ou certains, il semble que nous devons faire face à une autre problématique qui va bien au-delà de l’épanouissement du couple et de cette fameuse complicité qui doit conduire à « élargir son esprit et ne pas s’enfermer dans un certain conformisme » !

C’est là où le bât blesse car cette pratique, si elle est scrupuleusement respectée, peut tout de même engendrer des situations complexes. Il suffit pour cela de lire quelques contributions pour se rendre compte qu’une fois cette étape franchie, il n’y a pas de retour possible en arrière !

D’où un sujet que mon professeur de philosophie aurait aimé partager avec ses élèves les plus chevronnés : peut-on réaliser ses fantasmes ?

Car là est la véritable question, peut-on sous couvert de l’écoute de l’autre et de son soit disant bien être, mettre en péril cet équilibre ?

Lorsque la décision est prise et non unilatérale, que le cap est franchi tout en respectant certaines règles clairement établies en pleine conscience et en accord avec son partenaire, cela n’empêche pas de poser le débat du coup d’après.

Je lis ci et là que l’être humain, mammifère de surcroît, n’est pas programmé génétiquement pour être fidèle (tiens un autre signe permettant de justifier cette pratique et d’influencer d’une certaine façon celles et ceux qui hésitent à franchir le pas).

La société d’aujourd’hui facilite la surconsommation et pour autant que vous ayez les moyens (pas seulement financiers) tout paraît finalement accessible. Nous en voulons toujours plus et comme tout, la lassitude laissera sa place à une nouvelle expérience telle l’image d’un mouvement perpétuel.

Il est précisé souvent que le candaulisme est vu par les non pratiquant comme un comportement déviant et que ces non-initiés sont conformistes car enfermés dans le carcan de leur éducation. Il est même indiqué que dès que la voie est trouvée, tout semble plus évident et que finalement on se sent plus libre.

Je me permets donc une digression :
affirmer que le refus de céder ne nuit pas à l’équilibre et que ce choix est d’autant plus sain et normal pour un couple qui s’aime éperdument.

Parfois certaines personnes en quête de questions ou dans l’expectative sont souvent "incitées " sur l’air de "ne vous posez plus la question" ou encore "mais pourquoi êtes-vous ici si ce n’est pas pour franchir le pas " et enfin "tellement dommage que vous soyez bridés, si tout le monde était comme vous !".

Alors que le bon sens et l’objectivité devraient conduire à rassurer si le « candide » est plutôt à la recherche de sensations nouvelles sans passer par cette fameuse case départ.

Ce qui nous ramène au sujet de départ concernant nos fantasmes. Peut-on tous les réaliser et dans l’affirmative à quel prix et jusqu’à quelle limite ?

J’en viens à l’essentiel et cite donc le rôle joué par certains prédateurs (j’assume ce terme) qui au travers de cette pratique ou d’autres d’ailleurs profitent de cette faiblesse passagère pour consommer du couple et assouvir leurs instincts les plus refoulés.

Une fois de plus, je ne critique aucunement les personnes qui s’adonnent à ce sport en chambre mais essaye juste d’apporter une autre réponse à des couples qui recherchent une excitation en parcourant pourquoi pas des sites tels que celui-là.

Vous l’aurez compris, je suis fier et heureux de ne pas être candauliste, je suis un homme libre avec une âme en paix et conscient de mes choix et non aveuglé par mon amour auprès de ma compagne.

Certains diront que rien n’est éternel et que pour le coup, je suis peut-être cocu sans le savoir. Je suis au regret de dire qu’il n’en n’est rien et que le plaisir que procure cette fidélité unique et sans concession peut procurer tout autant de bonheur !

Merci d’avoir pris le temps de me lire et surtout je vous souhaite beaucoup de plaisir !

9 Commentaires

  • Ma foi belle dissertation sur les avantages ou plutôt les inconvénients de la pratique candauliste, il reste quand même plusieurs problèmes en suspens

    J ai 62 ans , nous sommes avec ma femme bien sur sorti de toutes ces histoires, nous avons pratiqué avec ma femme pendant une dizaine d’année, et cela ma foi n as rien changé dans notre couple, si ce n’est que nous avons de bons souvenirs qui nous tienne chaud l’ hiver.

    Néanmoins je continue par exemple a fréquenter ce site ou bien sur comme tous les sites a caractères sexuels, on y trouve du mensonge, du fantasme avoué inavouées, réalisé, a réalisé ou qui ne se réalisera jamais., et je me trouve heureux chaque fois qu’au travers des écrits que je lit , je sens qu’un couple a réellement franchis le pas.

    Ceux qui ont pratiqué , ou qui pratique le candaulisme , je pense arrive assez vite a analyser un texte, et comprendre si c’est réel ou imaginatif.

    Pour revenir a votre défense de la norme, je la comprend , et la respecte, car c’est un principe de base du candauliste, le respect de la liberté , mais aussi et c’est important la volonté de s’affranchir de codes imposés par notre système de pensé et de par la liberté qu’il as acquit , un candauliste normal vas tout as fait respecté vos idées , voir les comprendre si ce n’est en approuver partie puisqu’avant d’être candauliste, il était de fait comme vous.

    La population humaine est vaste et diversifiée, et même si quelques grands penseurs plus d’ailleurs financiers que penseurs aimerai que tous le monde suivent cette pensée unique que l’on nous assène tous les soir à 20H00, cette population humaine résiste et continue a générer une diversité incroyable, pour ce qui est de l analyse sexuelle, des gens conforme aux règles établies, des homosexuels, des solitaires, des transsexuels, etc etc et dans cette magnifique diversité la petite communauté des candaulistes est présente et manifeste un besoin atavique.

    Dans les heures vallées népalaise a Kalopani exactement , la pratique de la polyandrie soit plusieurs hommes pour une femme est un fait établi depuis des millénaires. même s’il ne s’agit pas de réalisations sexuelles groupées , il est de fait qu’une femme puisse avoir plusieurs hommes sous le même toit. On as retrouvé cette pratique dans diverse endroit du monde en Afrique, cher les esquimaux, la liste est finalement longue, en passant bien sur par le roi Candaule en Grèce plus près de cher nous, Certains temple Hindous sont truffés de sculpture plus qu’érotique de femmes prisent par plusieurs hommes.

    Finalement la petite communauté candauliste reproduit un souvenir atavique du temps des tribus ou des cavernes, et ne fait pas de prosélytisme, pas de mal, au contraire et j aimerai conclure en disant

    Que les hurlements de jouissance des femmes poussées dans leur dernier retranchement par le partage librement consenti et voulus entre plusieurs hommes s envolent dans la vibration de ce monde, comme un message de paix, ce dont ce monde a bien besoin en ce moment.

  • Cher Tomasini,
    tu conclus avec une idée qui me tient à coeur. Je m’explique, je me suis marié une première fois assez jeune, j’avais 20 ans et naturellement j’étais très très amoureux. J’étais heureux dans mon couple mais très angoissé par l’adultère et notamment par l’idée d’être le cocu ridicule qui est persuadé d’être au dessus de tout cela. D’ailleurs les hommes que je cotoyais à l’époque (collègues, amis) étaient bien souvent cocus, c’était connu de tous, sauf eux. Et lorsque ces gens se vantaient de leur performances, je ne savais plus où me mettre tellement j’avais honte pour eux.
    Cette angoisse permanente m’a conduit à une jalousie qui ne reposait sur rien mais qui a finit par déclencher ce que je redoutais : eh oui, à force d’imaginer les pires scenarios, cela a finit par se produire.
    C’est là où j’ai réalisé la dualité "souffrance/plaisir" ou "angoisse/désir", j’ai mis du temps à mettre des mots là-dessus.

    Aujourd’hui, je suis remarié (et toujours très amoureux) et notre vie sexuelle me comble également. J’ai parlé du fantasme candauliste à me femme dès le début (il y a 8 ans), elle n’adhère pas vraiment mais nous en parlons et je ne n’insiste pas sur le passage à l’acte. SI ça produit un jour, tant mieux, si elle y prend du plaisir, c’est encore mieux.

    @1amiquinousveutdubien :
    ton manque de modestie et l’absence d’argument (et de réponse aux notres) ne m’incite pas à te prendre au sérieux. Tu trolles et tu t’en vas. La classe.

    @Tous les autres à qui je veux vraiment du bien :
    Merci pour vos témoignages et votre esprit ouvert. Merci pour ce site qui est sans doute le moins "glauque" de sa catégorie

  • Moi je trouve ce texte intéressant mais finalement très banal. Effectivement on peut vivre une vie de couple en étant amoureux et très heureux sans tomber dans le candaulisme mais je ne pense pas que quelqu’un ai dit le contraire ?
    Il ne viendrait à l’idée de personne d’affirmer qu’on ne peut pas être heureux en couple sans être candauliste et bien sur que parmi les couples qui le sont il y a des gens qui ont des pratiques que l’on peut qualifier d’excessives, encore que tout est subjectif.
    En fait je ne vois pas où veut en venir le "monsieurquivousveutdubien".
    Démontrer à toutes et à tous, en usant de superlatifs élogieux et avec beaucoup d’auto-satisfaction et apparemment une grande "modestie" que sans être candauliste il est très heureux et que finalement il se demande bien pourquoi nous faisons tout cela puisque "lui" n’en a pas besoin ....
    Et puis "amiquivousveutdubien" personnellement je trouve que le pseudo a un petit coté "moralisateur"pour quelqu’un qui ne juge pas, non ? Je vous veux du bien , regarder à quel point mon couple est beau, parfait, enviable etc ... vous devriez essayer d’être "normaux" comme ... MOI .
    Je suis volontairement provocateur et moi aussi je respecte le fait que l’on ne cautionne pas cette pratique et après tout c’est une position aussi respectable que la notre. Ce qui me gène dans cette démonstration c’est ce déballage de superlatifs tels que le physique flatteur (d’après les autres bien sur) Comblé physiquement et sexuellement, plaisir intense et exceptionnel, partenaire qui joue merveilleusement bien tous les rôles etc .. etc .. moi je me demande effectivement, comme vous disiez, ce qui vous amène ici ?? La curiosité ? Le désir de comprendre pourquoi certains ont besoin de ça ? moi aussi j’aimerai comprendre votre démarche.
    Et pour conclure sur votre conclusion , si je puis dire, vous affirmez ne pas être cocu sans le savoir ce qui est un peu idiot vous me l’accorderez car si c’est sans le savoir comment peut-on affirmer ne pas l’être ? Vous savez dans ce domaine il faut se montrer humble .. j’ai connu dans mon existence beaucoup de gens qui ne pensaient pas être cocus ... avant de l’apprendre.

  • Bonjour l’ami qui nous veut du bien,
    A moi de prendre la plume, enfin la sourie. si je me rappelle un certain film "Harry, 1 ami qui vous veut du bien" et bien cet ami ne voulait pas que du bien à ses congénères....j’espère que ce n’est pas votre cas !!!
    nous avons 51 ans chacun Madame est très mais très belle moi avec l’âge un peu de kilos en trop, mais je donne encore beaucoup de plaisirs à mon épouse qui m’aime encore plus qu’hier mais moins que demain. Nous sommes mariés depuis 28 ans et 30 ans de vie commune. Nous avons toujours eu une vie sexuelle très épanouie et très importante, ces 10 dernières années suite a un changement d’entreprise de ma femme, moi changement de commerce, notre appétit sexuel avait baissé. L’habitude, le conformiste, moins de passion faisait que le soir nous regardions plus volontiers un film que de regarder sous les draps ce qui se passait.
    Et puis l’année dernière nous avons fait "une réunion de crise", nous avons abordé tous les sujets nous avons débattus et nous avons pris une décision importante...faire l’AMOUR...
    J’ai exprimé mes envies à mon épouse elle les siennes, et nous sommes partie à la recherche du candaulisme. Ce site nous a beaucoup apporté (merci Candaul et bravo). Je pensai être une bête rare un fauve dénué de toute intelligence, mais que nénni je ne suis pas seul à avoir des l’envie de partager mon épouse, mon Amour avec un ou d’autres Hommes.
    Elle a fait des recherches sur d’autres sites plus accès sur l’échangisme, mais nous avons franchi le pas il y a de cela quelques semaines en club. Oufff enfin, et quels PLAISIRS, quelle joie quel bonheur l’un de mes fantasmes venait de se réaliser, Madame qui était un eu sur la réserve est aujourd’hui très open et et demandeuse.
    Nous sortons seulement le samedi soir, nous prenons beaucoup de plaisir a ces jeux de séductions de "dragage" même si nous revenons très souvent sans n’avoir rien fait, mais le fait d’être aller en club que Madame se fasse draguer que je regarde les "mâles" en mal d’impatiente tourner autour d’elle, la regarder, les voir faire le paon, et essayer d’attraper cette proie ; je suis aux Anges.
    J’aime la voir coquiner avec 1 ou plusieurs Hommes je prends du plaisir et elle également, mais ceci n’est qu’un jeu et le soir quand nous rentrons à la maison nous faisons l’AMOUR, nous nous sommes retrouvés comme au premier jour.

    Mais vous qui êtes bel Homme aimeriez-vous venir partager notre lit ?

    Mais je m’aperçois que c’est vous et seulement vous qui écrivait, en avait vous déjà parlé à votre Dame, elle serait peut-être intéressée de partager votre couple avec un ou plusieurs Hommes. Vous devriez essayer....

    Nous vous voulons Tous du Bien.

  • Ah et je précise que j ai 43 ans et on me dit également que je suis bien conservé (j’ai pas compris l’intérêt de cette phrase, vous êtes candidat pour être complice d’un couple ?)

  • +1 avec les 3 précèdents commentaires.
    Ou voulez-vous en venir ?
    Perso, mon fantasme candauliste reste à l’État de fantasme car pas encore partagé par ma moitié. Il m’a été donné de l’expérimenter dans une autre vie avec une autre épouse. J’y ai pris un plaisir très cérébral et compliqué à exprimer. C’est pourquoi j’apprécie de lire les expériences des autres sur ce site.

    Il y a de la fiction sur le site ? Et alors ? C’est très bien comme cela.
    Comme dit précédemment, il y a autant de formes de candaulisme que de couples qui le sont. Le problème avec la généralisation , c’est que justement elle ne correspond pas à la réalité de chacun.
    J’ai lu votre texte attentivement, mais je ne comprends pas votre propos.
    Et je note une certaine fascination pour le candaulisme puisque, de votre propre aveux, vous ne connaissiez pas le terme quelques semaines auparavant et que vous venez nous éclairer de votre opinion en ayant pris la peine de créer un profil.
    Alors il n’y a rien de désagréable dans votre post mais un arrière goût de jugement normatif me gêne un peu aux entournures.

    N’hésitez pas à nous répondre, nous sommes, je pense, assez ouverts pour tout lire.

  • cher "amiquinousveutdubien"
    On admirera la réponse toujours courtoise de Candaule. Et celle de Slynud aussi claire que bien construite.
    Une question de psychanalyste "en herbe" me démange :
    où voulez-vous en venir ?
    nous convaincre de votre conformité à la norme statistique ? qu’il est du bonheur dans d’autres paradigmes, y compris les plus courants ?
    Merci de nous informer au cas où nous aurions délaissé notre QI à la puberté.
    Je ne vous taxe pas de conformisme, ce serait enfoncer une autre porte ouverte et on finirait par s’envoler mais pourquoi n’ouvririez vous pas un site presquecommetoutlemonde.com ou pasmécontentdemoimeme.fr ?
    Sourire cordial

  • Bonjour et merci pour ce texte qui change un peu des nombreuses histoires de rencontres candaulistes sur le site.
    Mais, quoique très bien écrit, votre texte enfonce, je trouve, pas mal de portes ouvertes.
    En effet, certainement que beaucoup d’histoires racontées sur le site doivent être fausses ou au moins romancées. Cela me paraît être une évidence, mais il est intéressant que chacun puisse mettre aussi ses fantasmes par écrit.
    Le candaulisme peut créer des situations complexes dans le couple : bien sûr ! Tout couple, peut se retrouver dans des situations délicates : découverte d’adultère, jalousie, routine etc. Les couples candaulistes sont donc des couples comme les autres dans lesquels des situations complexes se présentent. Je n’ai pas lu de commentaire sur ce site qui vendait le candaulisme comme un paradis pour tous les couples. Vous trouverez donc évidemment des commentaires de candaulistes qui s’interrogent, s’inquiètent, se sentent perdus ou désemparés, comme vous en trouverez sur d’autres sites ou s’expriment des couples aux pratiques plus « classiques ».
    En ce qui concerne les fantasmes, bien sûr qu’il ne faut pas tous les réaliser. Certains peuvent porter atteinte à l’intégrité d’autrui, d’autres mettre en péril ce en quoi on tient (le couple par exemple), d’autres contreviennent à nos valeurs fondamentales etc. Mais est-ce pour autant que l’on doive refreiner tous nos désirs ? Non. Avant d’être en couple, nous avons parfois fantasmé sur notre actuelle femme avant de la séduire (ou de se laisser séduire). Nous pouvons rêver d’une position sexuelle nouvelle avant de la mettre en pratique. Il ne s’agit donc que d’une question de position du curseur : à partir de quand considère-t-on que tel désir doit rester de l’ordre du rêve ou est réalisable. Chacun fixe ce curseur en fonction de ses valeurs, de son histoire, de ses goûts, des désirs de son partenaire…
    Oui, il y a certainement sur ce site des hommes qui souhaitent « profiter » de couples en recherche de partenaire pour assouvir leurs besoins sexuels, et qui présentent, pour se « vendre » un discours « cérébral » qui cache des instincts beaucoup plus basiques.
    Et enfin, il est évident qu’il n’est pas nécessaire d’être candauliste pour se sentir libre et épanoui avec son conjoint. Heureusement !
    Je ne pense pas qu’il faille caricaturer les candaulistes en pensant qu’ils courent après des fantasmes qui les amèneront toujours loin dans une société de consommation qui prône la satisfaction de tous nos désirs et crée une intolérance à la frustration. En lisant les différents commentaires, vous constaterez que cela n’est pas aussi simple. Même si ce problème de frustration et de consommation n’est pas complétement absent je pense dans le succès du libertinage.
    Il y a autant de pratique du candaulisme, que de couples candaulistes.
    Et ils ne sont, ni plus, ni moins, aveuglés que le reste de la population.

  • Un point de vue très intéressant qui, je n’en doute pas, donne un autre éclairage au lien entre une sexualité ludique au sein du couple et la complicité que chacun des conjoints peuvent entretenir l’un vis à vis de l’autre.

    Vous avez tout à fait raison, certains couples pour vivre une complicité de couple ludique et épanouissante n’on pas la nécessité d’introduire un complice et c’est bien. Ils n’en sont pas moins ouverts ou plus conformistes pour autant.

    Ce que je ne veux pas, c’est que notre pratique soit mal jugée par le plus grand nombre et ceci par méconnaissance. En ces temps difficiles la normalité et le conformisme sont souvent des repères qui sont renforcés, cela rassure.

    Je cherche ici à ce que chacun puisse enrichir le cadre de ses connaissances sur un socle ouvert et indispensable à la structuration d’un libre arbitre librement consenti.

    Les témoignages qui affluent ici, permettent de mieux comprendre le candaulisme, après c’est à chacun de se faire son propre jugement avec bienveillance vis à vis de ses propres désirs ou des membres de notre communauté.

    Merci beaucoup cher Ami qui nous veut du bien pour cette réflexion.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription