Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

A force de fantasmer de voir ma femme dans les bras d’autres hommes...

! Signaler un contenu abusif

A force de fantasmer de voir ma femme dans les bras d’autres hommes, hommes de couleur noir qui plus est, je ne pensais tout de même pas qu’une telle aventure allait m’arriver pour de vrai…

Nous sommes un couple comme beaucoup de couples, marié avec deux magnifiques enfants aujourd’hui majeurs et ayant quittés le domicile familial. Il va s’en dire que la présence d’enfants ne facilite pas les débats sexuels, on se laisse vite aller à une monotonie car ces derniers ne nous laissent pas beaucoup de temps pour nous.

Il y a toujours un petit élément qui fait qu’un soir nous aurons droit à une rage de dents, un autre soir « les peurs d’un orage et ils terminent dans notre lit », bref tous les jours apportent son lot de surprise.

Et plus les enfants avancent dans l’âge et plus il faut rester vigilant ajouter à cela la fatigue liée au travail respectif et votre vie sexuelle se réduit à partager la télé du soir. Nous avions des rapports à raison d’une fois par mois, on peut presque parler d’hygiène.

J’avais ma douce dans le plus simple appareil, moi, y compris. Toujours un vrai régal il va s’en dire mais sans vraiment d’originalité.

En dehors de cela, ma femme avait pris la bonne habitude d’aller se mettre au lit pour lire quelques pages de ses livres préférés (masturbation intellectuelle…sic) et moi de mon côté, j’étais plutôt un « oiseau de nuit » et il n’est pas rare que j’aille me coucher tard dans la nuit.

Certains soirs, de part la faiblesse des programmes « télé », j’ai pris gout à aller sur internet et passer en revue quelques jolies demoiselles, visionner quelques clips très sexes.

De fil en aiguille, cela devenait mon obsession du soir et il est vrai que il m’arrivait d’encourager ma femme pour qu’elle aille lire quelques pages me permettant ainsi de me rapprocher de mon ordinateur et aller savourer de nouvelles créatures.

Il était bien entendu que je n’allais pas passer toutes mes soirées sur ce type de délire. Avec des nouvelles images dans ma mémoire, j’ai décidé d’apporter quelques nouveaux plaisirs et à plusieurs reprises j’ai demandé à mon épouse de mettre quelques nouveaux bas résilles ou autres collants « ouverts » achetés sur internet histoire de faire monter notre excitation en commun, elle n’était pas contre, et nous voila reparti dans une belle aventure sexuelle.

Elle prenait un réel plaisir à ce préparer, enfiler un collant plus sexy que le collant classique que l’on met pour aller au travail. Cela devenait notre petit rituel. Toujours dans mes délires nocturnes, j’ai commencé à passer beaucoup plus de temps sur des photos « interracial », et oui !!! Qui n’a pas en souvenir le film « Emmanuelle 4 » et la scène très sexe dans la jungle ou une délicieuse femme à la peau blanche passe du temps en compagnie d’un serpent puis prise par quelques indigènes superbement bien montés…

J’ai toujours autant de plaisir à revoir cette scène…qui laisse travailler son imaginaire....

Au départ je prenais ces images pour un plaisir personnel et bon nombre de fois je terminais ma soirée par une bonne vieille masturbation, et oui il n’y a pas d’âge pour cela.
Mais un soir, j’ai commencé à imaginer ma femme à la place de certaines de ces créatures dans des situations insolites. Un nouveau fantasme venait de voir le jour.

Tous les soirs j’étais à la recherche de nouvelles photos, photos amateurs uniquement et non professionnelle. J’ai trouvé quelques forums sur le sujet et je me suis rendu compte que je n’étais pas forcément le seul.
J’en ai profité pour passer en revue quelques histoires, bref je suis rentré de plein fouet dans ce nouveau délire. Et qu’en délire tout nous tient….

J’ai voulu inviter ce nouveau fantasme dans ma maison et pour le satisfaire, je suis allé dans des magasins spécialisés pour acheter des godemichets de bonne taille et bien surs de couleur noir, des préservatifs de couleur noir, brefs tout ce qui pouvait s’en rapprocher le plus.

J’ai en quelques semaines élargi ma collection à une bonne dizaine de godemichets allant d’un diamètre de 4 à 6 cm et d’une longueur pouvant aller de 20 à 26 cm, des vrais bêtes de compétition.

Il était à présent important de faire découvrir à ma femme ces nouveaux objets mais sans lui en parler. Je voulais qu’ils interviennent lors de nos ébats. Pour ce faire, j’étais plus langoureux avec elle et lors de nos ébats, je privilégiais le « roulé de langue » sur son merveilleux sexe, elle adore que je la lèche et une fois bien excitée je sortais mon nouveau jouet de dessous la couverture afin de le faire coulisser entre ses jambes.

A ma grande surprise, lorsque j’ai présenté à l’entrée de son sexe ce premier godemichet, elle n’a pas bronché, elle a joué le jeu et à ma grande surprise pris rapidement goût… avec un orgasme à la clé le tout sans avoir vu l’objet du désir.

Plus nous avancions plus je le la faisait participer, je lui demandais de le tenir, de jouer elle-même avec ce jouet… mon objectif était de la faire partir dans mon fantasme et mon excitation, celui d’un nouveau corps étranger « NOIR ».

Il n’est pas de relation sans mes petits « amis ». Cela à largement augmenter le temps de notre relation. En effet, ce qu’elle préfère c’est que je m’occupe de son sexe, que je passe du temps sur son clitoris, elle me guide sur ses sensations et je suis totalement à l’écoute.

Dans la seconde phase, elle me demande de venir jouer avec mon « ami », le présenter et le faire glisser lentement dans son vagin tout en continuant de lui lécher le sexe, cela la détend et lui permet de mieux l’accepter. Il en va ensuite des va et vient qui vont la faire venir, et quand je dis la faire venir, elle part dans un spasme incroyable, un orgasme qui lui font tendre les jambes.

Elle me fait comprendre que je ne dois plus faire bouger mon « ami » et lorsque son spasme s’est calmé, elle me demande de venir la remplir avec mon sexe et à mon tour de la travailler jusqu’à mon éjaculation.

Il n’est pas rare qu’elle prenne une deuxième fois son pied car son sexe est hyper sensible. Je commence à avoir une petite maitrise dans ce domaine. Génial.
A présent, je lui envoi pas « sms » un petit message coquin pour lui demander si « ce soir » un petit câlin serait possible avec un nouvel « ami ».

La réponse se fait rarement attendre. D’ailleurs, je ne sais pas si il y a une cause à cet effet, mais il m’est arrivé de tombé sur ses petites culottes avant nos ébats, et j’étais surpris par les taches blanches présentes, taches de plaisirs ou autres, cela à encore augmenter mon excitation.

Depuis, ma belle se laisse de plus en plus souvent prendre en photo, dans le lit avant l’amour et même à l’extérieur, chose que je ne pouvais même imaginer il y a quelques temps.

Elle prend même des poses, j’ai une femme qui se lâche tout doucement.
Oui mais voila, mes soirées sur internet continuent. Je tombe à présent sur des forums de « cocu » et d’échangismes, et les histoires qui en ressortent me laissent sans voix… mais l’imaginaire fait son travail.

A présent trotte dans ma tête que celui que j’appelle mon « ami », rappelez-vous c’est le godemichet que j’utilise avec ma femme, pourrait-être la bite d’un homme black, ça y est, me revoilà en train de bander à nouveau derrière mon pc et je ne tarde pas à me masturber sur une histoire très érotique sur ce thème.
Démon lorsque tu nous tiens.

J’en ai passé des soirées sur Internet à « tchatter » avec des inconnus sur ce sujet. Il y en avait pour tous les gouts. Moi j’étais entre deux-eaux. Fantasmer sur le sujet et en rester là ou franchir le pas pour de vrai. Comme beaucoup je le crois, la crainte, le risque peut prendre le dessus sur le fantasme, et n’est-il pas vrai que le fantasme reste personnel ???

Les semaines passent, le fantasme étant toujours présent. Un soir, ma femme voulait que j’apporte une petite modification à une photo de famille, et je me suis mis à utiliser un logiciel le permettant. Cet outil m’a donné l’idée de trafiquer une photo avec des blacks et y insérer une photo de ma femme. J’ai commencé avec des attributs « Male » sur des photos de ma femme et je suis monté en puissance.

J’ai commencé avec une photo bien réussi du sexe de ma femme et je l’ai mélangé avec des belles queues de blacks, le résultat était bluffant. Puis j’ai agrandi les photos en voyant non seulement des bites de blacks mais également leurs corps ce qui rendaient encore plus réaliste le résultat.

J’en ai pris plaisir pendant un certain temps, mais les discussions sur les forums avaient repris et j’étais toujours étonné des histoires qui en ressortaient.
Avec ma femme nous avons continué notre petit bonhomme de chemin. Plusieurs fois, après nos ébats, j’ai tenté de lui parler de mes fantasmes mais rien, jamais rien sur celui qui me hantait. Qui plus est, elle m’affiche un amour énorme et ne conçoit absolument de faire l’amour avec un autre homme. Bref, sur ces paroles, mon fantasme allait rester dans l’état.

Les semaines passaient et pour nos 50 ans, nous avons décidé de partir tous les deux en amoureux, destination la Guadeloupe et la Martinique pour une quinzaine de jours. Superbe complexe hôtelier, l’all-include comme on dit. Nous étions tous les deux très impatient de nous y retrouver.

Je n’avais pas emmené dans mes bagages mon « ami » car je me suis mis dans la tête de le trouver sur place, dans une boutique spécialisée en centre ville et j’avais en espoir de venir le choisir avec mon épouse…

Après trois jours sur place et lors d’une visite du centre ville de pointe à pitre, j’avais dégoté une adresse de boutique spécialisée dans le domaine et j’ai réussi à y emmener mon épouse. Cela n’a pas été facile, n’arrêtant pas de me dire que la visite d’une ville ne se limitait pas uniquement aux sex-shops.
Elle avait raison…, mais prétextant que je n’avais pas fait le nécessaire côté « ami » elle s’est laissé convaincre et m’avait accompagné.

Rien de bien extraordinaire, je pense qu’ils se font livrer de France, et seulement quelques godes de couleur « noir » sont présents sur les étalages, tout le reste est au couleur claire. Nous avons réalisé notre achat sur la couleur locale.
Et le soir même, avec une température digne d’une canicule en France, nous avons baisé ensemble en respectant notre petit rituel.

Mais tout a changé lorsque ma femme a tissé des relations avec deux bourgeoises venues en célibataire, divorcées depuis quelques temps, elles avaient pour habitude de partir ensemble et profiter de la vie. Cela ne me dérangeait absolument pas, bien au contraire. J’avais prévu de faire quelques activités nautiques, pas forcément du gout de ma femme, et quelque part, elles me tiraient une épine du pied en ne la laissant pas seule pendant mes activités.

Elles avaient de la culture, habitaient Toulouse et disposaient d’une bonne réussite sociale. J’avais l’esprit tranquille.
Dés le lendemain, j’ai décidé de me lancer dans le catamaran petit modèle, 4 cours d’une ½ journée et laissant mon épouse faire bronzette au bord de la piscine.

Ces deux nouvelles copines durent arriver une ½ heure plus tard et elles ont proposé à mon épouse de les accompagner à une séance de massage dispensée par le complexe. Vous pensez bien que ma femme n’a pas dit non, bien au contraire, elle adore prendre soin de son corps et de sa peau. Voila nos trois copines en direction du complexe de relaxation et chacune son thème, la mienne ayant pris les soins aux huiles essentielles. Il fallait compter bien deux heures de soin, elles en avaient pour l’après-midi entière.

Ma femme n’avait jamais autre chose que des soins du visage, il en était différent cette fois-ci. Une charmante fille de type asiatique s’est présenté et lui a expliqué le déroulement de cette séance. Compte-tenu des huiles, il était nécessaire pour ma femme de se dévêtir totalement ce qu’elle fit sans problème, c’était le besoin et rien d’autre.

L’endroit était mi-intérieur, mi-extérieur et donnait sur une végétation appelant au calme et à la sérénité.

Ma femme, m’avait raconté le soir même, que lorsqu’elle avait ressenti les mains sur son ventre et bas-ventre, une première excitation venait de naitre. La deuxième excitation arriva juste après une légère réaction, la venue dans ce petit endroit d’un jeune homme en blouse blanche apportant un complément d’huiles. Le fait de se savoir nu dans une position ou rien ne pouvait lui échapper lui avait donné une poussée d’adrénaline.
D’ailleurs le lendemain soir, ces dames ne parlaient que de cela.
Elles étaient devenues de grandes copines et il est vrai que c’est ma femme qui quelquefois me précisait qu’elle allait à des activités de « filles » les après-midi… tient !!! les rôles ont changé…

Justement, je ne vous avais pas montré ses nouvelles copines, voici une photo d’une soirée dansante que j’avais prise. Plutôt coquines vous ne trouvez pas ???
Tellement coquines que je n’ai rien vu venir. Au bout de 5 jours je ne reconnais pas ma femme. Elle était très glamour avec moi mais pas seulement !!! Elles partaient dans de franches rigolades parlant du physique des serveurs, serveuses et autres vacanciers.
Une grande partie de ces rigolades tournaient autour du sexe, avec quelques anecdotes croustillantes de chacune d’entre-elles et ma femme ne sait pas laisser compter, mais rien ne mettant ma position d’homme dans l’embarras.
Un jour, en fin d’après-midi, j’ai retrouvé ma douce totalement nue à côté d’une d’entre-elles et elle me demanda de les prendre en photo souvenir, rien que cela. J’ai pris la photo.
J’en ressentais un certain malaise mais d’un autre côté j’en profitais largement car rien n’avait changé, nous faisions l’amour tous les soirs, c’était torride.
Au bout de 5 jours, sa copine de la plage est venu me voir en prétextant vouloir me parler plongée sous-marine. La discussion est allée bon train et au bout de 15 minutes, elle me disait sans retenue qu’elle connaissait mon fantasme. J’étais sur le cul mais je ne montrais rien. Si nous sommes sur ce type de discussion, qu’est-ce qui te fait penser cela ? lui dis-je. Elle me répondit que c’est ma femme qui lui avait raconté la veille au soir sans tabou avec il est vrai quelques verres de Rhum local dans l’estomac. Cela délit les langues. Mais comment pouvait-elle te raconter une histoire pareille ? Ton ordinateur mon ami. Mais elle m’avait fait promettre de ne rien dire… (tu parles…)
Bon est après, lui dis-je !!! Et bien je vais exaucer ton fantasme. Un fantasme ne doit pas rester uniquement dans tes pensées. Rassures-toi, elle ne sait pas que je suis venu te voir et encore moins notre souhait en commun.
Penses à ta femme et ton plaisir caché, tu auras tout le loisir de faire du voyeurisme, rien ne t’échappera mais ce n’est pas toi qui pilotera, c’est ma copine et moi. Tu en auras pour ton argent mon cochon. Et elle s’en alla. J’étais Paf… dans une situation ambigüe ou il y avait mon plaisir inavoué et à présent l’assouvissement de fantasme mais dont je perdais le contrôle.
Nous avons passé une nouvelle soirée ensemble, mangeant et dansant tous ensembles jusque tard dans la nuit.
Nouvelle journée, les femmes sont allées faire du shopping en ville et cerise sur le gâteau, je pouvais les accompagner. J’étais lessivé, je ne peux imaginer le nombre de boutique passé en revue. Par-contre je n’avais pas le droit de voir leurs achats. Une fois rentré, préparation pour le diner et soirée de gala, comme tous les soirs. Pas de câlins ce soir là, nous étions trop fatigués.
Le lendemain, sa copine de la plage est venue me dire qu’elle m’attendait vers 15h dans un petit appartement, et merci de ne rien dire à ma femme.
J’étais totalement impatient. 15 heures tapante, j’y étais.
Un jeune homme est venu m’ouvrir et sans rien me dire, me demanda de rentrer dans une espèce de débarras et me demanda d’attendre ici, puis s’en alla.
Mon attente ne dura à peine 10 mn et la porte s’ouvrit.
J’ai reconnu la voix de nos deux copines mais également une voix d’homme avec un accent local.
Depuis mon petit local, j’avais une vue imprenable sur la pièce principale.
Ma femme était présente, assise dans un canapé blanc dans une robe qui ne me disait absolument rien, sans doute un achat de la veille. L’homme n’était pas black mais avec un accent très local. Ces deux copines parlaient énormément laissant comprendre à ma femme qu’il s’agissait d’un ami de longue date. Ma femme était à l’aise et pourquoi ne devait-elle pas l’être, elle n’était pas seule dans cet appartement. Et la discussion a rapidement déviée sur moi comme par hasard. En effet, sa copine de la plage a ouvertement parlé de moi et de ma passion pour la pêche au gros en pleine mer.
L’homme a très gentiment proposé à ma femme de m’offrir cette sortie à la date qu’il me convenait.
Elle était totalement ravie pour moi, je pouvais le ressentir dans sa voix.
Il proposa à ma femme et ses deux copines de se retrouver demain à la même heure afin de lui présenter ses amis et définir les modalités pour ma sortie en mer.
En rentrant, elle ne laissa rien paraitre. Ma femme était égale à elle-même, tout allait pour le mieux. Et moi, je sentais à présent cette excitation profonde qui pouvait me faire bander rien qu’à y penser.
« Tu sais ma grande, nous connaissons les « cocos » qui vont venir ici tout à l’heure. Nous avons déjà fait une nouba avec eux l’année dernière, ils sont rigolos et pour ne rien te cacher très coquins ».
Ma femme à ce moment précis réagit et pensait que sa présence n’était pas nécessaire et qu’elle ferait mieux d’aller me retrouver.
Sa copine réagissait à la seconde même.
« Ma belle, tu es super sympa, de plus ces gars vont venir pour nous deux, ils ne te connaissent pas. Qui plus est, tu te rappelles du fantasme de ton mari, et bien ce sera l’occasion pour toi de le voir en grandeur nature et peut-être mieux comprendre son délire… et n’oublies pas, ton mari va avoir une superbe journée en mer, ce sont ces cocos qui vont l’emmener en mer… Alors… qu’en dis-tu ? »
Elle accepta compte-tenu de l’ensemble de ces remarques mais uniquement en tant que spectatrice.
« Très bien ma Grande, par-contre la seule chose que l’on te demande c’est de te changer avec nous . Nous avons quelques fringues sympa et tu vas voir cela va les émoustiller ».
Elles ont passé plus de 30 mn dans la chambre voisine, je ne pouvais voir ce qui si passait. Excitant mais avec un soupçon d’appréhension. Je ne maitrisais rien sur le moment et je ne pouvais bouger de place.
Il était 16h30 et on sonna à la porte.
Une des deux copines est allé ouvrir et nous voila en présence d’une bande de 4 copains, 3 blacks et l’ami blanc de la veille, ils paraissaient bien les connaitre.
Ambiance détendue et dialogue plutôt provocateur avec celle qui les avait accueillies.
C’est à ce moment que sont apparues ma femme et sa deuxième copine, et je comprends mieux pourquoi elles avaient mise autant de temps dans la chambre.
Ma femme était vêtue d’une robe blanche, courte, laissant apparaitre la courbe de ses seins à travers un voile transparent. Elle était belle, j’en revenais pas.
Jamais elle ne se serait habillée de la sorte avant cela. Ces nanas avaient un don pour la faire aller dans le sens ou elles voulaient.
J’étais sous le charme.
Ses copines avaient des robes courtes et provocantes. Il est vrai que cet après midi était placé sous le signe de la rencontre, rien de spéciale, des attouchements entre ses copines et nos amis black, de franches rigolades, quelques verres de Rhum et les langues se délient.
Je voyais ma femme beaucoup plus à l’aise.
Elle discutait de vive voix avec un des 3 blacks, il était le plus petit des 3 mais bon, cela ne veut rien dire… Je l’ai même vu proposer un verre à son interlocuteur en lui posant gentiment sa main sur la cuisse, relation chaleureuse sans plus, mais chaleureuse tout de même.
Au bout d’une heure, ils ont remercié ces dames, se sont gentiment embrassés sur les joues et se sont retirés.
Honnêtement, j’étais arrivé avec une excitation importante et j’en suis reparti presque déçu.
Mais ses copines n’en n’avaient pas terminés. Elles se sont resservi une petite collation en invitant mon épouse à boire avec elles.
Sa copine de la plage pris la parole. « Alors ma Grande, ils sont sympa tu ne trouves pas ? Et bien éduqués. ».
« Oui, rien à redire et de plus ils ont de la conversation » répondit ma femme.
« Ils ont, ils ont… tu veux dire il a …. On t’a vu avec Liber, tu as passé presque une heure à discuter de tout et de rien. Je crois que le courant est bien passé entre vous ».
« Oui, il est agréable avec beaucoup de culture » répondit ma femme.
« Et bien justement,
« Et bien justement, nous nos vacances se terminent dans 2 jours, et nous n’avons pas pour habitude de repartir sans donner de notre personne, tu vois ce que je veux dire ????
Tout et organisé pour demain ici même avec cette joyeuse bande et tu peux nous croire, ils ne vont pas venir que pour de la figuration. Ton Liber, il a peut-être la langue pendue pour les belles paroles, mais lorsqu’il te pose sa langue sur ton sexe, c’est une autre histoire qu’il va te raconter.
Alors veux-tu te joindre à nous ? Liber m’a justement demandé si tu étais présente demain et je lui ai fait comprendre que peut-être que oui… ne me déçois-pas, ne te déçois-pas ».
Ma femme ne pris pas beaucoup de temps à répondre, et sa réponse me donna le frisson..
« Écoutez les filles, j’ai pris beaucoup de plaisir à vous côtoyer ces derniers jours, je vous ai accompagné dans vos délires et c’est vrai que je ne connaissais pas tout cela, cette façon de vivre le plaisir en temps réel sans se poser des tonnes de questions.
Et il est vrai aussi, que Liber est très attirant et que des idées cochonnes ont traversé mon esprit.
Alors je dis OUI... mais à une condition !!! Que mon mari soit au courant et soit présent. Je veux qu’il vive son fantasme ».
J’étais scotché par sa réponse. J’étais vraiment touché et fou de joie à la fois d’avoir une femme aussi Top. Je n’avais qu’une seule hâte, qu’elle m’en parle ce soir.
La soirée s’est passée avec ses copines, un bon repas et une sortie en boite de nuits et pour finir une soirée torride dans notre lit tous les deux, moi tout excité par ce que j’avais vu et entendu.
Elle prit la parole à la fin de notre petite culbute en me précisant qu’elle connaissait mon fantasme depuis un certain temps, qu’elle n’était pas il y a quelques temps prête pour ce jeu, mais cette rencontre avec ces deux femmes l’avait décoincée, changée et à présent elle avait l’opportunité de réaliser mon fantasme…. Me dit-elle.
Je fis l’étonné, préférant épiloguer sur ses recherches sur mon ordinateur plutôt que celui des rencontres qu’elle avait faite pendant ce séjour et dont je n’étais logiquement pas au courant…
Je lui dis que pour moi tout était OK mais en insistant que je voulais être présent. Elle donna grâce à ma demande…(en grand seigneur).
Et nous voila le lendemain, dans cette appartement que je connaissais bien à présent mais ou je me devais de faire l’ignorant.
Ces dames se sont préparées en me montrant toutes les tenues qu’elles avaient emmenées. Il n’y en avait pas qu’une seule. Elles avaient décidé de changer de vêtements à chaque-fois qu’elles décidaient de changer de partenaire.
15h… . On sonne à la porte.
Ces dames me laissèrent ouvrir la porte afin de les accueillir. Une fois à l’intérieur, ils se sont tous présentés ainsi que le fameux Liber, pas très grand il est vrai.
Ces dames étaient déjà dans le salon un verre à la main, prêtes à accueillir nos hôtes. Ma femme et sa copine de la plage étaient vêtues d’une nuisette rose transparente, ultra courte et laissant apparaitre poitrine et toison, le tout accompagné de chaussures à talon type salope… un vrai régal. Moi, je tenais mon verre et je n’en croyais pas mes yeux.
Ma femme accompagnée de sa copine se sont rapprochées de Liber et elle me demanda de les prendre en photo souvenir. Liber était aux anges, tu parles….
Arriva le moment ou ces dames avaient décidé de passer au plan numéro 2, bref se changer pour aller taquiner nos hôtes.
Tout le monde était détendu enfin pour l’instant et le rhum n’arrêtait pas de couler.
Au bout de 10mn, ces dames revinrent.
Ma femme se rapprocha immédiatement de Liber et le pris par la main en l’invitant à prendre place sur le canapé.
Ces dames firent pareilles de leurs côtés. Il n’y avait que moi, seul un verre à la main. C’était le deal.
Notre Liber, n’avait pas perdu de temps, en deux temps trois mouvements, il se retrouvait en caleçon au côté de ma femme. Ayant déplacé une de ses jambes sur celle de Liber, ma femme me donnait l’impression d’être ouverte aux désirs, Liber y porta immédiatement ses doigts, écarta le minuscule string (elle qui n’aimait pas les strings…) pour faire apparaitre son sexe rosé.
Liber commença à lui titiller son petit bouton, elle aimait cela de toute évidence.
Pas à un seul moment ma femme ne me posa un regard. Elle avait décidé de jouer avec mon fantasme mais également avec moi. A croire que j’avais en face de moi une inconnue.
Elle laissa Liber jouer avec ses doigts magiques. Il l’embrassait fougueusement, je voyais comme sa langue cherchait celle de ma femme, une langue forte, et bien baveuse. En moins de deux, elle se retrouva toute nue à ses côtés, il lui tripotait ses seins d’une force, elle en prenait un réel plaisir (elle qui n’aimait que la douceur…), bref il n’était pas tendre avec elle et montrait sa virilité d’homme.
Liber n’était pas grand mais il a soulevé ma femme d’une facilité déconcertante pour l’emmener dans la petite chambre.
Je les ai suivis et je me suis mis dans un coin de la chambre accroupi pour ne pas les gêner.
De son côté, ma femme avait bien posé ses mains sur le torse de Liber mais elle n’était pas allé plus loin. Il l’a déposa sur le lit et lui demanda de se mettre à 4 pattes le temps pour lui de faire tomber son caleçon.
UN MONSTRE, il en est sorti un monstre.
Et pourtant je ne me trouve pas minable mais alors là je n’en revenais pas. Une matraque de bien 24cm et un bon 5cm de diamètre. Liber était un vicieux et Il savait que j’étais son mari et il voulait me montrer le joli cul de ma femme et la matraque qu’il allait lui donner.
Cette image me restera gravée à vie. Ma femme de son côté n’avait encore rien vu, normal, elle était de dos.
Mon excitation était à son comble.
Liber jouait avec ma femme et surtout avec moi. Il savait, il savait. Il prenait son temps pour bien me montrer que s’est sa grosse bite qui allait enfiler dans la chatte de ma femme.
C’est un sentiment étrange, entre gros plaisir et appréhension. Je bandais comme lorsque j’avais 15 ans, à m’en faire mal...
Il se plaça derrière elle, commença à lui lécher son sexe à gros coups de langues, il lui bouffait littéralement la chatte et cela sans retenue.
Des gémissements commençaient à se faire entendre. Il joua à ce petit jeu bien 5mn, son sexe était luisant, un mélange de salive et certainement de jouissance féminine.
C’est à ce moment qu’il décida de se mettre en position afin de présenter son calibre qui je pense ne pouvait attendre plus.
Ma femme n’ayant toujours pas vu le moindre centimètre de cette queue gigantesque.
Pour lui elle était prête. Il avança son monstre vers l’entrée, joua avec les lèvres toutes humides afin de s’enduire le bout afin de lui faciliter le passage. Et le voila qui se présente… ma femme penche son buste sur le lit par réflexe, je vois les fesses de Liber qui se contractent, ses muscles fessiers poussent et voila que la matraque se fait un chemin dans le sexe de ma femme.
Je vois les jambes de ma femme s’écarter, il pousse toujours car ma femme est certainement contractée, et d’un coup la totalité de son sexe rentre dans le vagin de ma femme….
Elle crie que dis-je, elle râle, hurle, mais pas un hurlement de douleurs, plutôt roque, profond qui me fait comprendre qu’elle vient de prendre en elle quelque-chose d’énorme.
Ce cochon se retourne vers moi et nos regards se croisent. Il y a dans son regard un côté moqueur... il vient tout simplement de remplir un vagin et quand je dis remplir, c’est un faible mot, de son sexe énorme.
Ce vagin est logiquement qu’à moi, moi qui en ai l’usufruit et Il se met bien au fond de la chatte de ma femme, il doit sentir sa chaleur et je pense que comme elle est plutôt étroite il doit se sentir serré.
Pendant les 10 premiers va et vient, il ne me quitte pas du regard. C’est à croire qu’il prend plus de plaisir à deviner mon émotion, et voir mon excitation, moi tout seul accroupi dans un coin de ce chambre.
Il prenait son temps le salaud, une fois lentement, une fois rapidement, il jouait avec le sexe de ma femme, s’était une évidence.
La plus belle image qui me restera c’est la capacité de ma femme à engouffrer un sexe de cette taille, elle aime la salope.
et toujours plus profond. Et moi qui avait peur de lui enfoncer un Gode trop profond.
Mes nouveaux amis n’avaient pas de pitié. L’important était de bourrer à fond.
Cela faisait bien 10mn qu’il bourrait ma femme, je me déplaçais autour du lit pour voir son visage, lui le suivait du regard.
A plusieurs reprises, j’ai vu les yeux de ma femme se révulser, elle ne me voyait pas, elle ne m’entendait pas.
Ses râles remplissaient la pièce tout entière.
Comme j’étais de dos, une main inconnue se posa sur mon épaule. C’était un autre black qui venait de rentrer dans la chambre.
Il me fait signe de venir vers lui apparemment il a quelque chose à me dire. Il approche sa bouche de mon oreille et me dit "Alors !!! elle est bonne cette blanche ?" j’avais du mal à le comprendre d’ailleurs il empestait le rhum à plein nez.
Celui qui baisait ma femme se retourna et lui dit qu’il fallait qu’il lubrifie sa queue car ma femme est du type cul serré.
Je venais de comprendre que c’était lui qui allait se faire ma femme dans un second temps. Il hocha de la tête et sans aucun tabou, il me présenta son sexe devant ma bouche tout en me tenant la tête. Je ne comprenais pas tout de suite son intention... cela ne dura pas longtemps. Il voulait que je le suce.
J’ai jamais sucé une queue de ma vie et franchement je n’étais pas prêt pour le faire. C’était dégoutant. J’allais pour me lever et sortir de la pièce lorsque ma femme tourna sa tête et me dit entre deux râles...
"Suce-le !!! Je te dis de la sucer. Considère cela comme mon fantasme. Allez vas-y..."
J’étais entre dégout et ... je ne sais quoi. Ma femme avait remis sa tete sur le lit tout en se faisant pilonner et me faisait comprendre qu’il fallait que je le fasse. Elle ne me quittait pas du regard.
Lui n’avait pas bougé son sexe de ma joue. Honnêtement, j’étais dans le doute. En plus, sa queue sentait... non puait je ne sais quoi, une odeur acre, du style je ne me suis pas lavé les couilles depuis 3 jours.
Les trois me regardaient. Je pris la décision d’y aller en pensant que cette queue allait ensuite ramoner la chatte de ma femme.
Je tournai légèrement la tête et son gland énorme se présenta devant ma bouche. Une queue énorme à tête de champignon atomique. Jamais je ne vais pouvoir sucer une queue pareille.
J’ouvris la bouche et le bougre m’enfonça son gland au fond de la gorge. Après quelques instants, je faisais rouler ma langue sur son gland, j’ai pris son sexe dans ma main pour bien le tenir. J’étais en train du sucer un MEC, moi un MEC.
Au même moment, il saisit ma bite avec sa main et je BANDAIS, putain ce n’est pas possible. Je BANDAIS.
Après cette étreinte, il resta quelques instants bien au fond de son vagin, certainement pour calmer ma femme, elle se remit sur ses avant-bras et là j’ai compris qu’elle en voulait pour son « argent ». Liber n’attendait pas plus longtemps. Il se lança dans un va et vient mélangeant force et douceur. Il ne fallait pas plus de deux allers-retours pour entendre sortir de la bouche de ma femme les râles de plaisirs. J’ai également vu les premières traces de liquides blanchâtres se positionner autour du sexe de Liber. Je n’avais jamais vu cela de toute mon existence.
Ce sexe noir au départ était à présent recouvert d’une crème blanche tellement il l’a faisait jouir. Et cela durait, durait….
Étant à nouveau seul, j’avais pris mon sexe dans ma main, et je me suis mis à me masturber au même rythme que lui, mais je suis parti en vrille alors que lui continuait à labourer le cul de ma femme. Après une forte accélération, il se retira et plusieurs jets puissants sont allés directement sur le dos de ma femme, il aurait pu en remplir un demi-verre de moutarde.
Ma femme retomba de tout son poids sur le lit, épuisée, sa fleur d’un rouge intense et grosse, très grosse.
Lorsque Liber quitta la chambre, sa copine de plage arriva et lui demande de continuer le jeu, il fallait qu’elle change de vêtements, car un autre boy voulait également la prendre.
Elle ne mit qu’un collant noir ouvert entre les jambes, elle n’avait pas vraiment toute la force pour se lancer dans un relooking complet.
Un autre Boy avec une queue un peu bizarre, grosse, plus grosse que celle de Liber mais difforme avec un penchant vers la droite. Un ALIEN.
La prenant par l’épaule, il lui donna l’ordre de se coucher sur le dos.
Une fois chose faite, il enjamba le corps de ma femme et se plaça assis au niveau de son ventre.
A ce moment précis, elle vit son sexe. A son regard, je compris qu’elle fut étonnée, presque effrayée. Même en rêve je pense qu’elle ne s’imaginait pas cela.
Il présenta immédiatement son sexe et la força pour qu’elle le prenne en bouche, ce qu’elle fit bien entendu.
De l’autre main, il s’approcha du sexe de ma femme, joua avec quelques instants puis lui enfonça 3 doigts dans la chatte, elle était encore toute mouillée et il n’eut aucun mal.
Il bougeait activement sa main dans le vagin de ma femme, des gémissements commençaient à se faire entendre.
Il traitait ma belle de salope blanche à blacks, et qu’il allait la faire gueuler et que tout le quartier allait l’entendre.
Il récupéra à côté de lui un flacon de lubrifiant et il en appliquait largement sur sa main et le sexe de ma douce. Je ne voyais pas bien ou il voulait en venir, il l’excitait avec sa main en lui appliquant de grandes secousses.
La copine de la plage rentra à nouveau dans la chambre et se rapprocha de moi. « Alors tu aimes voir ta femme se faire prendre par ces blacks ?
’S’était comme dans ton fantasme ? Lui tu vois, il aime deux choses ; la sodomie et le fisting. Je crois que ta femme va gouter aux deux et en plus il sait faire les deux en même temps » Regarde bien. »’
Je venais de comprendre son jeu.
Il n’arrêtait pas de lubrifier la fente avec ses doigts et sa main et ma femme semblait plutôt apprécier.
Seul son pouce restait pour l’instant à l’extérieur de la chatte de ma femme mais il là travaille au corps, il écarte ses doigts, bouge dans tous les sens et le voila qui essaye au bout d’une bonne dizaine de minutes de rentrer son p…. ma femme se tend et voila, il est rentré, ma femme est tendu, il y a de quoi, elle a accepté une main entière dans sa chatte.
A présent il l’a ramone d’une main de fer, on est passé du gémissement au râle profond. Elle essaye de répondre son souffle, mais il maintient sa queue dans sa bouche.
C’est un barbare et il prend un sacré plaisir le coco. Moi de mon côté je suis stupéfait par la vigueur de ma femme.
Je vois son sexe totalement dilaté, il fouille ma femme comme si il cherchait un trousseau de clé dans un sac, il en ressort sa main, joue avec son clitoris et replonge dans son vagin et à chaque fois, ma femme se cambre de plaisir.
A bout d’un moment, il prit une autre position en se mettant cette fois çi entre les jambes de ma femme, il l’a sentait, l’a reniflait. Ma femme était encore toute haletante.
Je vis ses grosses lèvres se rapprocher non pas du sexe de ma femme mais de son anus. Il commençait à lui couvrir son trou du cul avec sa langue bien baveuse.
Ma femme pris ses jambes avec ses mains afin de bien écarter son entre-jambes. Encore une position qu’elle appréciait... et que je découvrais car jamais je ne mettais lancé dans ce type d’exercice. Encore une leçon...
Sa langue était puissante, il la lui fourrait dans son petit anus. De temps en temps, un petit, non un gros doigt venait également jouer avec sa petite rose. Il commençait son scénario et le salaud ne bandait pas franchement et pourtant, la taille de sa bite dépassait déjà largement la mienne qui était en pleine érection.
Je me suis dit sur le moment, que si ce morceau devait fouiller l’anus de ma femme, il va falloir qu’il y mette de la patience et du doigté.
Ma femme était vraiment devenu son objet, son jouet et elle se laissait totalement faire, la tête dans les coussins et pas un seul regard vers moi. Je n’existais pas.
Il prenait vraiment son temps le salaud, l’anus de ma femme était reluisant, couvert d’un mélange de bave et de lubrifiant. Il collait ses grosses lèvres dessus et l’aspirait très fortement.
A présent il y plongeait 2 doigts, puis vint un troisième... il la fouillait, faisait tourner ses doigts dans le cul de ma femme.
Il se plaça derrière ma femme, elle, le cul bien en l’air, offert à de nouveaux jeux. Il approcha sa queue tout doucement, jouant avec l’anus de ma douce, il jouait avec, enduisait son sexe avec le mélange salive/lubrifiant qui était tout autour de sa petite entrée. Il approcha son gland et l’appliqua sur l’entrée magique. Je vis ma femme descendre son buste sur les draps et serrer dans ses mains les draps du lit, elle devait se préparer psychologiquement.
La pression était de plus en plus importante et je vis son anus se dilater et la première moitié de son gland plonger dans l’inconnu.
Lorsque son gland fut totalement absorbé, ma femme eu un geste vers l’avant, je pense que ses muscles venaient de se détendre car la queue s’enfila tout naturellement sans rencontrer la moindre résistance. Le chemin était à présent fait. Toute sa queue était à présent rentrée et cela jusqu’à la garde.
Les mains de ma femme serraient fortement les draps et notre ami partait dans un va et vient énergique. Je n’entendais pas le même type de râle que précédemment. Cela ne devait pas être le même type de jouissance. En m’approchant du lit, je pouvais voir le visage de ma femme, les yeux fermés, la bouche grande ouverte avec un large filet de bave mouillant le drap.
Et le cow-boy n’arrêtait pas de la pilonner. Il se pencha sur le dos de ma femme et commença à toucher son sexe avec ses mains. Ma femme lâcha immédiatement les draps de ses mains pour les porter sur les mains de son joueur. Certainement pour calmer son hôte ou peut-être protéger son sexe déjà largement rougi par ses précédents assauts.
D’ailleurs il n’alla pas plus loin dans son délire. Je pensais à une sodomie plus un fisting mais j’avais compris que ma femme avait repris le sens de son plaisir et n’était pas prête là à cet instant à accepter une main entière en plus dans son sexe. Elle voulait reprendre les commandes tout en se faisant pilonner l’arrière train.
Il remarqua son refus. Il souleva ma femme en la prenant par les épaules et sans sortir son sexe, bascula avec elle sur son dos. Il voulait à présent voir son cul monter et descendre sur son ogive.
C’est à ce moment que je vis le sexe de ma femme bien rouge et enflé et je comprenais son précédent refus. Son sexe devait être très très sensible.
C’est à présent elle qui s’activait sur ce bâton de berger et elle aimait cela profondément.
Après quelques mouvements, il l’a renversa sur le côté et la prenait à nouveau profondément. Il tenait la route le coco.
et là vint le troisième larron, un peu plus maigre que les deux premiers. Il passa devant moi sans me remarquer et alla se placer sur le lit, enjamba ma femme pour lui fourrer immédiatement son sexe dans sa bouche.
Je repris quelques couleurs, son sexe était d’une taille plus raisonnable et sans me vanter... je pense que je pouvais rivaliser avec lui sans problème. Et sur le coup je ne pensais qu’à ce petit détail me faisant oublier que ma femme était toujours sous les coups de butoir d’un méga membré.
Avec cette bite dans la bouche, ses râles étaient beaucoup plus étouffés, mais elle suçait son "popol" avec ardeur.
Son baiseur avait repris la position de l’homme couché sur le dos et prenait ma femme par la taille. Il avait à présent devant lui son dos et ses fesses en bonne vision, elle accueillant jusqu’à la garde son mandrin. Il avait réussi à faire son chemin et bien profond.
Il pris à présent ma femme par les épaules pour la faire coucher sur son torse tout en laissant son sexe dans son cul. Une fois cette position faite, il mis ses mains sous les cuisses de ma femme afin de bien faire remonter ses jambes et là je vis le troisième larron se placer devant le couple, et plaça sa bite devant la fente de ma douce.
Elle ne voulait pas de fisting, mais là elle allait subir sa première double pénétration.
Je voyais le sexe de ma femme totalement rouge et enflé, il enfonça sa bite sans retenu et elle rentra sans retenu. Le chemin était fait depuis bien longtemps.
Ma femme pencha sa tête en arrière dans le coup de son "sodomisateur" après cette rentrée rapide. Les deux la baisaient à présent comme des chiens et au bout de quelques minutes, ma femme me regarda et me demanda de venir la rejoindre.
Elle pris mon sexe dans sa main, me masturba histoire de voir comment était raide ma pine et la pris en bouche.
Les deux gars me regardèrent d’un œil complaisant et l’un d’entre-eux me souffla entre deux coups de butoir :
"C’est ta femme ??? et bien elle aime la bite de noir et j’peux te dire qu’elle va te faire une vie d’enfer, elle pourra plus s’en passer, petite bite !!!" me disait-il.
"Petite Bite, toi moi-même" lui dis-je... et la tapa dans la motte encore plus férocement.
Je ne sais pas si s’était un coup de chance ou non, mais les deux ont sorti leurs braquemarts en même temps. Celui sous ma femme lui en foutu partout, le deuxième me pris ma main, et me demanda de le branler avec vigueur, cela ne dura que quelques secondes, il m’en mettait partout le vicelard, et ma femme continuait à sucer.
Cette expérience a beaucoup changé notre façon de vivre. Elle est vraiment devenu une accro des bites Noirs mais toujours avec moi.
Toutes nos destinations étaient devenues des plans culs, à présent s’était elle qui me désignait le ou les gars qu’elle voulait baiser.
Lors d’un voyage aux États-Unis, nous avons fait la rencontre d’un drôle de type....
Si cela vous intéresse, je serai heureux de vous raconter cette petite aventure...

3 Commentaires

  • Je rêve de pomper et d’avaler la semence des amants de ma femme …ou d’une partenaire qui aimerait voir son étalon à la merci de sex hors norme totalement chienne et offert … !!

  • Très belle histoire, qui m’est déjà arrivé mais dans le rôle du cocufieur, ici dans mon île la guadeloupe !

  • je pense qu’on lira la suite avec plaisir ...
    la description des actions et réactions n’est pas mal, on sent au travers du récit ce que vous avez éprouvé, mais ça reste un peu caché par la description. Le candaulisme n’est pas particulièrement physique, il est plutôt émotionnel, et c’est cela qui fait la vie du candauliste ; qu’à l’instant de la préparation, de l’acte et du postériori, on comprenne quelles sont les émotions, les images, le ressenti de celui qui a offert sa femme ou dont la femme s’est offerte elle-même, à un amant.
    Merci, ce fut une bonne lecture, même si, pour une bonne partie, j’avais déjà lu ce texte sur un autre site.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription