Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

43 – Fête champêtre (3/5)

! Signaler un contenu abusif

Je suis interloqué mais n’ai pas le temps de répondre que déjà Karine me touche l’épaule.
« Mon chéri ? Je te présente Roger, un ami » Le-dit Roger me salue d’un signe de tête.
« Bonjour. Tu lui as parlé de nos… règles du jeu ? » Karine rougit à peine.
« Oui. Tu ne me présentes pas mademoiselle ? »
Fine mouche, Karine a vu avant moi l’intérêt que me manifeste ma jeune compagne.
« Chérie, je te présente mademoiselle… euuuuhh » Là, je reste sec !
« Julia, je m’appelle Julia. Bonjour ! » réplique la jolie fille avec qui je pratique l’art du badinage cher à Musset.

Karine tique à peine « Vous allez faire l’amour dans le bois, comme nous ? »
Face à l’assistance, ma chérie cache ma main qui se glisse entre ses fesses sous les yeux de « son » Roger « Oui mon cœur, nous nous y préparions, ne manquait plus que ton accord. J’espère que Roger te baisera comme tu le mérites. »
Je me tourne vers un Roger ahuri par ce qu’il entend « Je vous confie ma femme cher ami, je tiens à ce que ses amants lui donnent beaucoup de plaisir »
Je soulève un pan de sa robe « Voyez comme elle a un beau cul. Vous pouvez vous en servir, elle aime tout »
Un point pour moi. La scène, pour surréaliste qu’elle soit, tourne à la joute verbale. Roger en sort digne, sachant qu’il pourra jouer du bel instrument qu’est ma Karine.
C’est sans compter sans la répartie de celle-ci. Elle se colle à Julia, masquée toutes les deux par un arbre providentiel, lui met les mains sur les fesses, visiblement au grand plaisir de la jeune fille. Julia prend sa bouche et lui plaque un baiser goulu, profond. Roger et moi palissons d’envie devant ces deux chipies aspirant leurs lèvres et leurs langues.

Elles se séparent visiblement à regret… Karine se tourne vers moi.
« Baise Julia, mon cœur. Elle embrasse juste comme tu aimes, je suis sure que tu auras beaucoup de plaisir »
Nos complicités font tache d’huile !
« Karine ! » Les deux dames âgées de tout à l’heure appellent ma femme !
Elle se tourne vers nous :
« Roger, restez-là et attendez moi un instant. Julia et mon chéri, vous passez devant nous, on vous rejoint dans un moment ? » J’affiche un large sourire… quelle autorité !
Julia hoche la tête « Nous irons dans la dépendance, il y fait frais, ce n’est pas trop sombre et c’est assez propre. Vous nous rejoignez ? »
« Oui Julia, le temps de répondre à votre grand’mère et l’autre dame. »
« C’est ma Tatie, elle est super sympa ! »
« A tout à l’heure les coquins, commencez sans nous ! »

Karine sourit, me tend ses doigts à peine sortis de la fente de Julia, j’y lèche et aspire goulûment le goût léger de son sexe de blonde. Ma femme murmure en souriant :
« Elle est discrète, superbe et sensuelle, vous allez bien vous amuser, tous les deux »
Nous partons tranquillement vers le bois, un verre à la main, passant derrière la dépendance.
Nos absences ne seront pas remarquées ! Devant moi, la chute de reins de Julia décrit des huit en ondulant, elle allume le feu dans ma tête, mon ventre et mon sexe.
Elle jette un coup d’œil sur l’assistance, presque entièrement cachée par le bâtiment. Personne ne regarde dans notre direction, nous rentrons dans la grange.

A peine nos yeux sont-ils habitués au clair-obscur que Julia est dans mes bras. C’est comme un petit pigeon tout doux, tout chaud. J’en ai eu l’occasion il n’y a pas si longtemps, mais tenir une toute jeune fille, d’une vingtaine d’années, dans mes bras me procure une émotion rare. Notre baiser ne dure pas longtemps, interrompu par un bruit sans équivoque. Un gémissement feminin... Nous nous interrogeons du regard quand une voix plus masculine halète à son tour… Pas de doute, un couple est en train de faire l’amour au-dessus de nous, sur le plateau à foin, vide pour l’instant.

Julia étouffe un petit rire. Je profite de cet instant pour passer mes mains sous sa mini-robe. J’ai ses adorables petites fesses dans les mains… Nos langues s’emmêlent… Je rencontre un string minimaliste dont je défait le cordon d’un coup. Je ramène le triangle de tissu contre mon nez, sous le regard coquin de Julia. Très mouillé, le tissu sent l’intimité de ma tendre et chaude compagne. Je veux goûter à cette « source ». Je m’agenouille sur la paille, écarte ses jambes et lèche enfin sa fente ouverte. Julia soupire. Je passe une main entre ses cuisses, rentre deux doigts dans sa chatte, ouvrant un peu plus son con déjà dilaté d’envie. C’est le moment que choisit le couple du « dessus » pour descendre l’échelle de meunier, à grands fracas et grands éclats de rire !

La jeune fille atterrit sous nos yeux, le cul à l’air, robe par dessus tête. Son jeune amant freine sa chute en riant ; il profite de l’occasion pour passer une main entre ses jambes contre son sexe nu. Un de ses doigts rentre dans cette jolie chatte encore dégoulinante de sperme. Ce jeune couple doit avoir dix-sept/dix-huit ans tout au plus, selon mon estimation. Je me suis écarté de Julia, laissant sa robe recouvrir son corps à la peau très blanche, voluptueuse. Les deux galopins ne savent pas trop quelle attitude tenir…
Julia est très rouge « euuuhhh, je vous, euh, voici mon frère Maxime, et sa copine »
Nous nous saluons brièvement, je vois que lui et sa chérie ne tiennent pas à rester. Maxime m’adresse un clin d’œil complice, il a comprit ce que nous venons faire ici, sa sœur et moi.
(à suivre)

4 Commentaires

  • Bonsoir et merci pour votre commentaire.
    Mon mari me demande de vous répondre, il pense que vous y serez sensible, je l’espère.
    Nous souhaitons donner, partager autant de plaisirs que nous en avons connu (et en connaissons encore !) dans nos... chemins de traverses :-)
    Bises,
    K.

  • Moi j’adore toutes ces aventures ! Et j’ai toujours cette impatience qui apparaît quand je découvre ici le début d’une de vos nouvelles aventures !
    Merci encore milles fois !!!

  • Bonsoir,
    Oui, comme je vous comprends !
    C’est du vécu, je vous assure...
    Merci pour ce commentaire spontané.
    A bientôt pour la fin de cette historiette ;)

  • hahaha j’adore cette histoire, me
    rappelle tant de souvenirs de jeunesse (comme maxime ;))

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription