Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

40 – Automobile (3/3)

! Signaler un contenu abusif

La voilà le cul à l’air avec un petit haut ouvert sur sa poitrine libre et érigée. Notre routier nous pousse vers un passage en sous-bois. Karine chemine devant nous, sous le regard affamé des hommes, certains ont déjà sorti des sexes de belles dimensions ! Ma chérie va se faire partouzer sous mes yeux. Avoir déjà joui ne me prive pas du plaisir de voir ma femme prise par d’autres hommes, au contraire, j’adore voir ma femme baisée à plusieurs !

Quelques mètres plus loin, notre jeune ami étend un vieux plaid assez épais sur le sol couvert d’étuis de kleenex, d’emballages de capotes : en effet, nous sommes dans un endroit « fait pour ça » ! Tout le monde est silencieux, on entend juste le souffle des hommes excités, impatients de baiser ma grosse salope qui ondule devant nous. Karine me regarde… Autoritaire, je lui ordonne de tendre son cul comme une chienne, elle se cambre, ses seins ballottant sous elle. J’ai envie d’un vrai gang-bang pour ma femme. Je le dis en peu de mots, les hommes approuvent sans bruit. Ils bandent tous comme des cerfs, pressés de fourrer ma chienne adorée. Le premier à lui passer dessus est notre « routier sympa ». Mon sperme sert de lubrifiant, il l’enfile d’un coup, reste un moment bien au fond de son ventre puis la lime doucement, trop doucement.

Je fixe les « règles du jeu ». « Baisez-là fort, ne la ménagez pas, c’est une petite pute désobéissante, il faut la corriger et remplir son ventre, qu’elle sente bien vos queues. Prenez son cul aussi, ma pute aime se faire enculer ». Aujourd’hui, c’est un gang-bang hard, très hard. Karine ramasse beaucoup, par le cul et le con. Elle gémit sous les assauts de tous ces hommes rudes, plus désireux de la pénétrer et de s’enfoncer dans ses trous que de la faire jouir. Ils ne savent pas que tout ça est un scénario concocté et dirigé par mes soins, pour donner du plaisir à ma femme et satisfaire mon plaisir de voyeur candauliste.

Les uns après les autres, ils la prennent sans ménagements, quelquefois très peu de temps, tellement excités qu’ils déchargent vite dans sa chatte ou dans son cul.Je veille à ce que les capotes sortent en même temps que leurs sexes, je ne veux pas de risques pour ma chérie.
Un petit jeune revient une seconde fois, m’interroge du regard.
« Je voudrais lui lécher la chatte et le cul, regardez comme ils sont ouverts ? »
Après tous ces accouplements vigoureux, Karine gémit de plaisir…
« Tu crois qu’elle le mérite ? » Il sourit en hochant affirmativement la tête.
« Vas-y, fais la jouir. Après tout, elle a reçu sa punition, je l’ai faite baiser une dizaine de fois, elle est ouverte, régale-toi ! »
Il a déjà la tête entre ses cuisses grandes écartées, à lécher sa petite rondelle, la langue remontant vers son con. Il y rentre la langue avec voracité, penchant la tête pour rentrer au plus profond, sa bouche aspirant les lèvres de cette belle chatte chaude, passant les mains sous ses fesses pour les pétrir avec force. Je sais que ma chérie adore ça. Le jeune rentre son pouce dans son anus, puis son index, écartant son petit trou déjà forcé.

Karine ne résiste pas à ces pénétrations douces mais fortes, après s’être faite sauter plusieurs fois, senti des jets de sperme contenus par les capotes dans les râles de jouissance de ces hommes. Ils n’ont absolument pas conscience d’être des instruments, entre ses cuisses et sous mes yeux !
Les gémissements de ma chérie se transforment en cris annonciateurs d’orgasme. Son corps ondule en spasmes, se cambre entre la langue et les doigts du jeune. Il se cramponne à ses fesses. Elle veut être pénétrée maintenant, pour que sa jouissance soit complète. Il se redresse à demi, écarte les lèvres de sa vulve et la pénètre. Son orgasme arrive, elle hurle de surprise.
« Mais putain… c’est pas vrai… le con… mais il me fait jouir… Oh la la ne t’arrêtes pas, continuuuuuues… Bourre-moi, mais bourre-moi… Vas-y… Je jouis, oh je jouiiiis… »

Elle revient sur terre avec de grands soupirs apaisés… Le secteur est toujours calme, les routiers partent, à part le premier rencontré.
« Vous avez une chance incroyable d’avoir une femme aussi… »
« …salope ? Pas seulement, les mots sont des mots dans l’action. Ma chérie est une femme très voluptueuse, nous aimons tous les deux jouer comme ça »
Karine intervient « La vraie chance, c’est notre complicité, sans ça, nous ne serions pas très différents de ceux qui ont des fantasmes mais… ne les réalisent pas ! »
« N’empêche, vous avez de la chance… Merci pour cette partouze improvisée, c’était vraiment délicieux, pour le sexe et aussi pour les yeux, vous avez un corps magnifique »
Notre routier reçoit un sourire éblouissant de ma chérie. « Merci, c’est gentil ! »
« Ben non, vous êtes super bien foutue ! C’est même rare ! »

Il tient à s’expliquer « Il y a pas mal de couples qui s’arrêtent ici. Pour beaucoup, c’est surtout de l’exhibe, quelques uns baisent en vrai, on voit même des hommes se faire prendre sous les yeux de leur femme que ça excite drôlement ! En tout cas, je n’y ai pas vu de femme plus jolie et gourmande que vous ! Vous êtes beaux, tous les deux, on sent bien votre complicité ». Notre routier devient trop philosophe… Nous n’avons pas le temps de discuter des vertus du candaulisme et de l’exhibitionnisme. On se sépare, il est temps de reprendre notre voyage. Karine est un peu fatiguée par ses performances sexuelles mais son visage radieux en dit long sur son bonheur, la joie de toutes ces attentions dont elle a été le centre, l’unique objet de désir, la cible privilégiée, la femme comblée de plaisirs.

4 Commentaires

  • Bonjour !
    Merci pour votre commentaire.
    En effet, le manque (ou le peu) de commentaires, n’incite pas à continuer.
    Par ailleurs nous rentrons de voyage et avions mis l’écriture de coté.
    Peut-être y reviendrons-nous ?
    Je ne sais pas. Comme moi, Karine aime beaucoup ce site et l’atmosphère plutôt bienveillante qui y règne (à part quelques idiots qui ne ratent pas l’occasion de la vulgarité amplifiée par un vocabulaire indigent).
    Et... il y a aussi... la vie !
    Nous aimons profondément partager, entre nous dans un premier temps, puis ici depuis quelques semaines... Mais c’est exact que le peu de réactions ne nous motive pas trop :(
    Encore merci d’être venue lire, en espérant avoir accru votre envie (déjà forte !) pour une sexualité libre !
    Nous vous embrassons, ainsi qu’il vous plaira.
    A bientôt, peut-être...

  • Merci pour vos récits tous aussi excitants les uns que les autres ! J’adore votre ouverture d’esprit, votre complicité et votre humour. Continuez à nous régaler même si je comprends votre sentiment relatif aux rares commentaires. J’ai le même concernant mes récits mais je peux vous dire que de nombreuses personnes lisent et apprécient même si elles ne commentent pas toujours :-)

  • Les routiers sont sympas !
    Merci pour votre commentaire, c’est assez rare, dommage...
    Cordialement...

  • Jolie série ! -)))))

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription