Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

28 – Karine esclave sexuelle (4/5)

! Signaler un contenu abusif

Ma femme chérie a un sens de l’humour en béton armé !
« Allons, Marc, je crois qu’il y a une visite et une… « petite » formalité à accomplir ? »
« Qu’est-ce que tu as bon goût, mais oui, allons-y, ! » Marc lèche ses doigts fraîchement sortis de la chatte et du cul de Karine. Nous passons dans un petit boudoir.
« Ici, nous rentrons dans l’espace libertin de la maison. Ce boudoir est le sas d’entrée, il débouche sur une entrée encore plus grande… Nous verrons cela tout à l’heure. »
« Je vous demande votre main ! » Marc rit, il tient une sorte de gros stylo. Il explique « cet outil prélève une goutte de sang. L’analyse est rapide ». Nous passons le test sans difficulté.
« Venez, entrons maintenant dans le saint des saints »
« Mais dis-donc, ami Marc, je croyais que tout le monde devait être à poil ? »
« Oui Karine, d’accord, tu me troubles, j’ai oublié… » Il appelle Josy à qui il tend ses légers habits. Elle reste près de nous, j’ai l’impression qu’elle envie Karine d’être attachée et baisée par tout le monde.

Nous sommes dans une vaste pièce, ouverte sur le reste de l’espace formé d’un bar, d’une piste de danse ronde et de plusieurs alcôves au bord d’une galerie. Une sorte de croix de Saint-André en mousse assez ferme est installée au centre de la grande entrée, assez penchée contre un praticable accessible par quelques marches et couvert de dalles de mousse épaisse ; la totalité de l’espace en est confortablement couvert. Des sangles en velours noir et velcro sont à chaque extrémité des branches de la croix. L’espace entre les branches du bas est libre. Celui entre celles du haut est à environ trente centimètres du sol du praticable.

La main de Karine est moite dans la mienne. Je sens la peur et l’excitation l’envahir. Elle serre ma main très fort. Je chuchote « C’est comme tu veux, mon amour »
Réponse du tac au tac « Je suis juste fébrile, mon cœur, et très excitée… touche moi… »
Je glisse un doigt le long de sa fente, il me revient trempé…
Les deux branches basses disposent de larges cales où l’esclave pose ses pieds.
« Karine, tu es l’esclave, tu montes sur la croix. Tu choisis ton coté, pile ou face ? »
« Pile, je préfère être le cul en l’air, c’est moins fatigant »
Elle s’installe, le système la force à écarter assez largement ses jambes et ses bras. Marc l’attache, je vérifie qu’elle soit confortable. Elle me semble encore plus nue comme ça.
Josy et Marc ont les yeux écarquillés.
Josy pose un masque en velours noir sur les yeux de ma chérie, l’aveuglant totalement. Je sens que Karine ne va pas attendre longtemps les premiers abus sexuels dûs à son rang !
L’espace ménagé entre les branches basses permet de s’approcher de Karine. Il y a une partie rehaussée par terre, j’y monte, ma queue arrive juste en face de sa chatte. Je monte sur les marches, arrive sur le praticable, je m’assoie devant elle, sexe à hauteur de sa bouche. Les femmes, posant leurs pieds de part et d’autre peuvent frotter leur moule sur ses lèvres, forçant sa langue à les pénétrer. C’est bien construit !

Je reste à coté de ma chérie. Karine est surexcitée par cette position.
« Tu devrais me baiser, mon amour, je préfère avoir la chatte et le cul ouverts par toi »
Je descend, passe entre ses jambes écartées et la pénètre, sors ma queue trempée d’elle et la pousse dans son petit cul déjà dilaté.
Karine, entre deux soupirs,
« C’est... super... confortable… moins... fatigant… qu’on... pourrait... croire… pas besoin... de bouger... Oh tu me baises bien mon chéri ! »
Les premiers couples arrivent. Le ton est vite donné.
« Voilà donc une nouvelle esclave ! Elle est belle, espérons qu’elle sera obéissante ! »
Un homme me salue cordialement « C’est votre femme ? Elle est très sexy, Marc n’a pas menti. J’ai hâte de l’essayer ». Sa compagne nue m’embrasse, effleurant ma queue.

Un autre arrivant tripote l’entre jambe de Karine sans la pénétrer. Elle a très vite une queue dans la bouche et suce avidement un beau jeune homme très bien monté.
« Ne me fais pas jouir » lui dit-il « j’ai envie de décharger dans ton ventre »
Il fait le tour de la croix, attend que l’homme qui bourre Karine jouisse et décharge. Le jeune homme prend sa place, rentre sa queue dans le sexe de ma femme, déjà rempli du sperme du précédent.

La chatte de ma chérie commence à dégouliner. Le jeune homme, agrippé à ses hanches rondes, jouit rapidement, la remplissant un peu plus ; quand il se retire, un filet blanc et gluant coule lentement du sexe de Karine jusqu’au sol.

Tous les participants sont là, Karine est l’attraction de la soirée. Elle en prend plein son ventre. Une jeune femme se penche pour lui prendre la moule à pleine bouche, avalant du sperme au passage. Je retourne sur le praticable, près de la tête de mon esclave. Elle est de plus en plus détendue. Elle lèche la chatte blonde d’une femme menue qui jouit en criant !
Je demande à Karine comment ça va ? « Très bien, mon cœur, je vais pouvoir m’occuper de moi, maintenant que je suis moins stressée je vais me laisser aller à jouir »

(à suivre…)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription