Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

27 – Karine esclave sexuelle (3/5)

! Signaler un contenu abusif

Karine mouille abondamment.
« Salaud, tu connais bien mes goûts, je sens que je vais encore jouiiir… »
Sophie se trémousse, assise sur la queue de son homme.
« Oh-la-la moi aussi, la bite de mon mec me remplit, c’est booon… »
On joue comme ça encore un long moment, on échange nos partenaires, Karine se fait enculer par Marc, j’enfile Sophie puis les filles baisent ensemble, main dans la chatte, langue dans la bouche, trous fouillés par des doigts impatients. J’aime voir Karine avec une femme qui la contente autant ! Repus de sexe, apaisés, la conversation reprend.

« Alors ? Etes-vous tentés ? » demande Marc qui enchaîne « Il y a des couples où, pour une raison que nous n’avons pas à connaître, l’homme assume le rôle de l’esclave. Ils sont peu nombreux, c’est vrai. Ils s’installent chacun leur tour à cette place. Quelques femmes aiment voir leur homme attaché et pénétré… Ces messieurs se font sucer, branler, leur bouche est utilisée, des hommes y rentrent leur queue » Marc poursuit « Certains hommes aiment la sodomie, bien que ni homo ni bi. Les esclaves masculins réalisent peut-être un fantasme homosexuel sans risques, plus probablement profitant du plaisir de se faire prendre par cette zone si innervée, très sensible… »

L’écoutant distraitement, je réfléchis et me décide.
« Nous viendrons à cette première soirée, merci de nous inviter. »
Je reprends vite en voyant le sourire de nos amis :
« Je paye avec la seule monnaie ayant cours dans votre… communauté : ma femme ! »
« Tout le monde voudra lui faire du bien, tu verras » réplique Marc
Je soupire en souriant… « La connaissant, c’est plus que probable ! »
Sophie, encore à poil sur la banquette « Je t’assure que vous serez entre gens de bonne compagnie. Nous sommes toutes des vraies salopes et nos hommes des cochons ! »

Le jour dit, nous arrivons chez nos nouveaux amis. Ils ont une grande maison sur un terrain immense, à l’écart… voilà qui est pratique pour des réunions libertines ! Une jolie jeune femme nous accueille. Elle sourit à notre étonnement, seulement vêtue d’un tablier blanc de soubrette laissant la vue totale sur ses seins et sur un joli cul rond bien pommé. Marc déboule dans l’entrée.

« Ah vous voilà ! Je suis content ! Sophie va être si heureuse de vous revoir, surtout pour cette soirée libertine exceptionnelle. Nous accueillons rarement de nouveaux membres et encore plus rarement de votre qualité ! Vous êtes les premiers et en avance. C’est bien, je vous fais visiter la maison »
« Tu es gentil, Marc, nous avons déjà été pris en charge par cette demoiselle très… sexy ! Tu n’as pas peur qu’elle prenne froid ? »

Marc rigole « Oui, nous avons réussi, aidé d’internet et quelques amis, à contacter quelques femmes à l’esprit ouvert, fiables et discrètes. Peu à peu, nos « employées » (il faut bien les appeler ainsi) se sont spontanément prêtées à nos jeux, d’abord en… « épurant » leur tenue, puis en participant ! Depuis, elles sont actives dans nos réunions, au même titre que les membres du club ! J’ajoute que ce ne sont pas les dernières à prendre la place de l’esclave. Je vous présente Josy »

Josy sourit et fait une petite révérence comique « Madame sera comblée, ce soir, je lui laisse ma place à regret puisque c’était mon tour d’être livrée aux participants »
Je regarde son cul avec plaisir, Karine aussi… Marc surprend nos regards « Ici, tout le monde est à la disposition de tout le monde, vous pouvez donc utiliser qui vous plait, y compris nos jolies soubrettes. A CONDITION qu’elles acceptent, suivant ce concept incontournable : tout est permis mais seulement entre adultes consentants ! »

Je fais un large sourire à Josy en lui tendant tous mes vêtements. Je suis nu comme un ver. Elle range mon vestiaire en me priant d’en retenir le numéro. Comme elle me tourne le dos, je caresse ses fesses rondes.
Elle éclate de rire « Je m’y attendais, j’ai vu que la belle queue de monsieur était très raide.
Je serais heureuse si monsieur veut bien me la mettre ! »
Je glisse la main entre ses fesses, caresse son sexe large et bien fendu.
« Merci de l’invitation, jolie Josy ! » Appuyée au bureau, elle se cambre quand je la pénètre doucement, elle lubrifie bien, comme une vraie salope aimant la bite. Ce n’est pas mon habitude mais je la baise vite. Je force le passage pour la défoncer devant les autres.
Tout ça est délicieux… Notre soubrette branle son clitoris par dessous. Je me retiens, dans le souci de ménager mes « cartouches » et retire à regret ma queue de sa chatte.

Karine tend à son tour sa robe, son sac et ses escarpins « Je ne serais pas étonnée que mon chéri vous baise encore, Josy, il adore fourrer des beaux culs ronds comme le votre. Regardez le mien, il n’y a pas à s’y tromper, c’est le même modèle ! »
Karine a un cul superbe, fait pour être baisé, les fesses rondes et écartées du bas, un écrin pour sa moule, une invitation à la fourrer. Marc s’y laisse prendre et lui caresse la fente, ses mains de part et d’autre, une sur sa chatte et l’autre sur son cul.

(à suivre…)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription