Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

25 – Karine esclave sexuelle (1/5)

! Signaler un contenu abusif

Karine a enfilé une robe très sobre, noire, indécente. Elle n’a rien mis dessous. Son 95C libéré érotise sa présence… ça et le vertigineux décolleté arrière qui descend en-dessous des fesses comme la robe de Mireille Darc dans « Le Grand Blond ». Elle est éblouissante. Nous sommes dans un sauna libertin, au bar, quand arrive un couple. C’est leur première venue dans l’établissement.

Ils passent au vestiaire, font la traditionnelle visite puis s’approchent de nous, cherchent à lier connaissance. Lui est un homme de mon age, elle est jeune, la trentaine, hyper sexy, je dirais même sexuelle… Il y a des gens comme ça et pas seulement dans le milieu du libertinage. La séduction est un don qui se cultive, la beauté physique ne suffit pas !

Comme les clients « baisables » ne se bousculent pas en ce samedi soir, nous jouons le jeu des nouveaux arrivants. Ils suggèrent d’aller dans une sorte d’alcôve… et ces coquins s’insèrent entre nous. Karine et moi échangeons un regard. Ils sont plaisants, message reçu, elle est ok pour une partie à quatre. L’homme la serre de près, admire son décolleté arrière et son contenu ! Sa jeune compagne a une vraie robe de salope, en tulle noir entièrement transparent. Elle est nue en dessous, des fesses magnifiques, le sexe épilé, des petits seins pointant haut. Ils s’appellent Marc et Sophie, cela ne s’invente pas.

Tout le monde venant ici pour la même raison, je propose de nous déshabiller et continuer la conversation. Les gagnants sont la clientèle masculine jusque là sevrée d’ambiance sexuelle. Karine et Sophie sont les premières à poil. Il se produit ce que j’espérais, un de mes fantasmes, une sorte de conversation de salon, en décalage avec la « tenue » des participants.

Je parle de choses anodines tout me glissant entre les cuisses de Sophie. Elle apprécie mes doigts, sa chatte lubrifie, Karine suce la queue de Marc. Il passe une main dans son dos, trouve son petit trou. Karine relève la tête. Je comprends que Marc lui met un doigt dans le cul. Ma belle garde la bouche entrouverte, mordant sa lèvre, rayonnante d’envie de sexe !

Sophie n’hésite pas devant le visage extatique de Karine ; elle lui prend la tête entre les mains, se rapproche et commence à lui lécher doucement la langue ; suit un baiser passionné entre les filles. Marc cesse de parler, son bras gauche rejoint le droit entre les cuisses de ma chérie. Un doigt dans sa chatte, l’autre écartant son anus, Karine respire fort. Je joue avec les seins de Sophie, c’est une gourmande, elle réclame une queue dans son ventre, tout de suite ! Je prends le temps, goûte à la liqueur coulant de sa moule. Elle est surexcitée, j’écarte ses lèvres pour la pénétrer doucement.

Marc continue de fouiller les trous de ma chérie puis la libère. Karine prend une capote et la déroule entre ses lèvres sur la queue de son partenaire, rentrant par l’occasion son membre jusqu’au fond de sa gorge. Marc est aux anges. Karine monte sur lui, prend sa queue en main, la met à l’entrée de sa chatte et s’empale. Elle ondule des reins. Je défonce le bas-ventre de Sophie, très chaude elle crie comme une chienne. Ces manœuvres nous amènent tous les quatre à des orgasmes bruyants.

Quelques hommes nous entourent, je consulte Marc du regard. Devant sa mimique positive, je leur donne Sophie. Je l’installe, le cul en l’air, prête à recevoir les queues de ces messieurs. Sophie partage les coups de bite avec ma Karine, ouvrant les cuisses sur sa chatte affamée ! J’adore faire utiliser ma femme devant moi. Elles se font sauter par quatre types, ils les baisent fort, limite brutal, les enfilent à tour de rôle, je vois l’orgasme monter sur le visage de nos deux salopes. Marc et moi encourageons les hommes à les baiser…

Sophie et Karine se font enculer par deux hommes plus endurants que les autres. Quel beau spectacle que ces deux culs écartelés par des grosses queues bien dures. On leur a donné nos femmes pour qu’elles soient saillies avec la brutalité d’animaux défonçant leurs femelles. Ces messieurs les servent et déchargent leur foutre dans leurs culs dans des cris de jouissance.

Nous passons une bonne soirée sexe avec nos nouveaux amis. On échange nos téléphones. La conversation reprend sur le thème de l’exhibition, du plaisir à montrer sa compagne, bref, du candaulisme ! Marc et Sophie organisent des soirées privées dans leur grande maison. Ils nous invitent. Je sens une hésitation dans leur comportement, eux, si libres tout à l’heure ?
« Marc, quoi d’autre ? Sophie ? Un problème ? »
« Euh, et bien… il y a une « petite » formalité à accomplir… »

Pas faciles à impressionner, on attend leurs explications. C’est simple : la femme de chaque nouveau couple est « esclave sexuelle » de la communauté lors de la première participation aux soirées. Quand il n’y a pas de couple nouveau, ils font un roulement. Une femme est attachée sur une forme, une sorte de croix en mousse dure, bras et jambes largement écartés, liés par des sangles. Elle est l’esclave sexuelle des participants pour toute la soirée.

(à suivre…)

1 Commentaire

  • Cette Karine, quelle performeuse !!! (A moins que ce ne soit LCandau, simplement performeur de la plume... auquel cas remercions le, pour son imagination fertile)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription