Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

22 – Karine, sortie de nuit ! (1/3)

! Signaler un contenu abusif

Les portes entre nos chambres, nos SdB et le dressing sont ouvertes. Karine va et vient, se fait belle, épilation totale, douche, crèmes diverses, soins corporels, etc…
Elle parcourt notre espace dans tous les sens. Je la vois fébrile, sérieuse, préoccupée de sa mise en beauté. « Chéri ? »
« Mmmm ? » « Tu n’as pas vu mes chaussures noires à hauts talons et semelles rouges ? »
« Bien sur que si, je les ai prises pour sortir les poubelles… » Elle s’arrête tout net.
« Mon cœur ? Si tu ne veux pas que je sorte seule, je ne sors pas… Tu m’écoutes ? »
Devant mon fauteuil où Félix, notre chat, et moi, boudons depuis une demie heure, se dresse Karine la guerrière, l’amazone, la conquérante : ma chérie d’amour !

Elle est encore quasiment nue. Je lève la tête et découvre une bombe sexuelle : Ma petite femme adorée est vêtue de bas noirs tenus par un porte-jarretelles, ses seins pointent orgueilleusement sans soutien-gorge et… rien d’autre. Elle a oublié sa culotte. Quand je dis rien, je passe sous silence le renflement de son bas-ventre, les lèvres gonflées de son sexe, laissant dépasser d’adorables petites lèvres que j’aime à mordiller. Elle tient sur le bras une mince robe noire, de très bon goût. En fait, je ne suis ni malade, ni boudeur, je suis ja-loux !

« Ecoute mon chéri, si tu ne veux pas, je n’y vais pas ! ! ! »
« Mais si, ma puce, tu sais très bien que j’adore te faire baiser par un de nos amis. En plus, tu aimes beaucoup Xavier… »
« NON MONSIEUR, je ne l’aime ni « beaucoup », ni « bien », ce que j’aime c’est sa façon de me baiser, de me faire jouir. Toi aussi, puisque tu m’as donnée à lui, ce soir ? »
« Oui. C’est un des rares qui décharge une quantité incroyable de sperme et je sais que tu aimes ça… Il va te remplir le ventre ! Tu n’oublies pas le test en arrivant chez lui !? »
« Ne t’inquiète pas, je suis prudente tu le sais. Je ne vais rien gâcher, mais toi, tu m’inquiètes : ne recommence pas sinon je ne sortirai plus jamais jouer au sexe sans toi ! »
« Oui, mon cœur, j’ai un petit coup de blues ce soir, n’en tiens pas compte. Tu me raconteras ta nuit en rentrant »

« J’aime que tu me donnes, que tu me jettes à un autre comme une pute... J’aime jouir de mon sexe, dans mon ventre et dans mon cul. Je suis à la fois fière d’être ta femme et si heureuse d’être libre grâce à toi, mon amour. Même si c’est pour « blaguer », ne casse pas nos fantasmes, c’est trop bon. Tous les deux nous aimons profiter librement de notre sexualité. Je veux te dire tous les jours que celui que j’aime c’est toi et seulement toi ! »

Je suis désarmé, désolé par mon accès de jalousie, très rare. Je ne m’attendais pas à une telle déclaration d’amour. Karine cherche à me rassurer sans me mentir, elle sait que je n’aimerais pas être « consolé ». Ma femme est simplement quelqu’un de bien. Je la regarde et souris.
« Tu es adorable. Tu as raison, j’ai envie que tu rejoignes Xavier pour te faire sauter. Je sais que tu en as envie. J’espère qu’il va te baiser comme tu aimes. Vas-y mon cœur, à demain »

Karine m’embrasse longuement à pleine bouche. Je passe ma main dans ses cheveux sur sa nuque, caresse ses seins et son sexe. Je suis réellement content de la voir heureuse. Elle enfile sa robe en un tournemain. Son sac est à portée avec les clés de sa voiture.
« A tout à l’heure mon chéri. Je te rappelle qu’Agnès revient de Corse. Elle m’a écrit qu’elle a envie de toi ! » Nous sourions en pensant à Agnès. Derniers bisous. Elle part.

Je suis fébrile, comme à chaque fois que Karine sort pour une aventure sexuelle sans ma présence. Nous aimons beaucoup ce plaisir. Je prends un livre, Félix le chat saute sur mes genoux.

Je suis trop excité pour lire, maintenant. J’aime Karine, je ne me lasse pas de son corps que je connais pourtant par cœur. La savoir partie chez Xavier me fait bander. C’est exact que la jeter comme une pute à un autre mec m’excite comme un fou. Je pense à ma femme dans les bras de son partenaire. Je regarde ma montre. Elle est arrivée chez lui depuis un bon quart d’heure. Il l’a déjà touchée partout, exploré sa fente, son cul… l’a déshabillée pour la baiser à son aise. Elle doit déjà avoir sa queue dans la bouche ? Xavier va écarter les lèvres de sa moule charnue, découvrir son con trempé et ouvert par l’envie d’une grosse bite.

Il est fortement membré, pas long mais gros. Il va la forcer juste comme elle aime. Si elle est assez dilatée par son envie de sexe, il l’enculera. J’imagine qu’il la remplit de foutre, dans sa chatte et dans son cul. Elle en est très gourmande. Karine a tenté de m’expliquer cette sensation, quand le gland du partenaire gonfle soudain et décharge le sperme… Il semble que ce soit inouï, sans commune mesure avec ce que les hommes ressentent. Je sais qu’elle s’est fait un lavement pour se faire sodomiser sans crainte. Xavier va lui défoncer le cul avec sa queue courte mais au diamètre impressionnant ! Karine va crier, hurler de jouissance… Pourvu qu’il sache attendre l’orgasme de ma chérie !

C’est la seconde fois qu’il baise Karine. Xavier a déjà été une fois notre partenaire. Rencontré fortuitement à la terrasse d’un café, il n’a pas oublié et profite d’une absence de Karine pour me suggérer la rencontre de ce soir : Je dit oui tout de suite. Karine revenue, je lui annonce directement, ce qui surprend Xavier. Il n’est pas du tout habitué à cette ouverture du couple, quand le sexe peut se passer d’amour… mais pas d’une bonne queue bien vaillante !

Le temps passe lentement. Une heure et demie du matin, je me couche. Je dors sans éteindre la lumière. Karine me surprend dans mes rêves érotiques où elle tient le premier rôle !
Il est deux heures du matin, elle me réveille en plein :
« Coucou mon cœur ? J’arrive. Tu me laisses un petit moment ? Je me douche et je reviens »
Un clin d’œil… « J’ai plein de choses à te raconter »
Je suis interrogatif « Tu vas bien ? Tu as passé un bon moment ? C’était bon ? »

Karine rit à pleines dents « Je reviens de suite, promis. Je me suis faite remplir et je dégouline tellement que ma petite culotte est trempée… »
Elle crie du fond du couloir « Je re-viens ! Dou-douche et do-do avec mon chéri, pro-mis ! »

(à suivre…)

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription