Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

18 – Karine et le plombier (3/3)

! Signaler un contenu abusif

« Regarde, elle est magnifique. Au fait, comment s’appelle Monsieur Plombier ? »
« Kevin, je m’appelle Kevin. Oh oui, qu’est-ce qu’elle est belle votre femme, oh-la-la, merci de ma la prêter… » Il est soufflé mais ne perd pas le contrôle et bande comme un cerf. Sa queue est assez longue et forte, un tout petit peu moins que la mienne mais courbée vers le haut, le gland pointu et large, prête à enfiler ma chérie.

Karine le sèche lentement puis, par peur de le voir partir sans elle, le frictionne énergiquement en évitant la « zone sensible ». J’ouvre la chambre d’amis. Nous nous installons, Karine et son camarade de jeu sur le lit découvert d’un coup rageur.

Kevin la pousse en arrière. Il se penche entre ses cuisses. Habilement, il lui mordille le clitoris, lèche ses lèvres, rentre sans difficultés –elle mouille beaucoup– un doigt dans sa chatte, le sort lubrifié et le pousse dans son petit cul. Son pouce ouvre de nouveau son sexe. Coquin, il serre ses deux doigts, la branlant doucement. Karine pousse un gémissement sourd, venant du fond de son ventre.

Kevin écarte les lèvres de sa moule chaude, affamée. Il dégage le capuchon, découvrant le clitoris érigé. Les soupirs de Karine guide son bon baiseur… Soudain, Kevin se tourne de coté, passe la tête entre les cuisses de sa partenaire et roule une pelle gourmande à cette belle chatte. Sentant la langue qui fouille l’orée de son trou et même plus profond, Karine n’arrête plus de gémir. Il mordille le clito en rentrant sans efforts trois doigts, loin, très profondément dans son vagin. Le va et vient de sa main augmente les cris de ma chérie.

Kevin la baise bien, je suis excité et content.
Il se tourne vers moi « Vous voulez l’ouvrir ? »
« Oui, je vais l’enfiler, mais elle a encore le feu au cul tu sais, même si je l’ai baisée cette nuit… Mon amour de femme est une grande gourmande ! »

Je pousse ses genoux vers l’arrière, la pénètre sans marquer de pause… Elle est si dilatée que je sens mes couilles taper contre ses fesses.
Je me retiens de jouir, je ne voudrais pas choquer Kevin en lui faisant partager mon sperme.
Il piaffe d’impatience et tremble en mettant la capote. Je m’assure que tout est ok. Kevin prend Karine par les pieds et l’installe dans le long du lit. Elle, d’habitude si déterminée, conquérante même, se laisse faire par son jeune amant, il est assez expert dans l’art de la faire jouir…

Il la retourne. Pantelante, vibrante d’excitation, elle se pose en levrette.
J’interviens « Pose ta tête sur tes bras, mon amour, cambre ton cul pour Kevin »
Celui-ci est vraiment plein d’attentions à mon égard
« Vous voulez l’enfiler comme ça ? C’est bon de la voir défoncée par son mari, avant que je la bourre. Si vous voulez, vous pouvez la remplir de sperme, ça ne me gène pas… »
« Kevin, tu as envie que je la remplisse avant de la fourrer ? »
« Oui, j’aime bien. Je ne vous choque pas trop ? Pardon… »
« Mais non, au contraire, en bon amant de ma femme, tu rentres dans notre jeu avec une telle aisance, tant de facilité… C’est très-très bon… »

Karine suit nos échanges, ça risque de la débrancher.
« Ma petite pute, je vais te remplir le cul de foutre. Kevin te baisera par devant »
« Oh mon amour, fait ce que tu veux, je suis ton esclave et aussi à qui tu me donnes »
Son cul bien préparé par Kevin, je n’ai pas de difficultés pour la sodomiser. Ma queue rentre toute seule, loin dans son ventre, lui arrachant des cris précurseurs d’orgasme !
Je la bourre brutalement, pour bien lui faire sentir ma domination. Je me laisse aller à jouir, décharger à cru mon foutre dans son cul accueillant, dans un orgasme explosif me laissant inerte. Kevin profite de la vue, des cris, cela se voit à son attitude. Je lui fais signe, il prend la place. Il commence par son petit trou encore ouvert et l’encule très doucement, rentre sa queue au plus profond de son ventre pour la faire crier.

Karine agite sa tête de chaque coté, elle est sur orbite, prête à jouir et par son comportement je vois son orgasme venir fort… Kevin sort de son cul et s’enfonce brutalement dans sa chatte. Ma chérie n’y tient plus
« Oh oui, salaud, bourre moi fort, défonce moi, putain, mais remplis moi, bordel ! »
Quand elle décolle, elle retrouve tous les gros mots pour forcer son partenaire. Kevin n’échappe pas à son emprise. Le souffle puissant, il l’écartèle sur le dos. Inconsciemment, il veut prendre le dessus, dans ce « combat » où personne ne perd, tout le monde gagne ! Il rentre brutalement sa queue dans la chatte grande ouverte et défonce ma chérie avec ardeur.

Les gémissements de Karine montent dans les aigus, elle a ce qu’elle veut ma petite pute, cette bonne queue la comble, elle jouit bruyamment, entraînant Kevin. Il décharge dans la capote, s’affale sur Karine dont les bras l’enserrent de reconnaissance pour la jouissance donnée. Au bout de quelques minutes nous recouvrons nos esprits.
« J’ai aimé comme Kevin t’as sautée, mon amour »

Karine hoche la tête… « Je sentais ton sperme couler de mon cul, mon chéri, vous m’avez baisée à deux, c’était bon parce que tu étais ici… près de moi à partager mon plaisir. Vous m’avez enfilée par tous les trous, c’était un pur délice, je t’aime mon homme. Kevin ? On ne t’a pas trop choqué ? Nous sommes plus qu’un couple libre, nous sommes un couple d’amoureux qui partagent ses plaisirs »
Kevin confirme :
« Vous êtes candaulistes, je l’ai vu dès le début. Vous m’avez fait confiance, c’est un honneur, après avoir été un très grand plaisir, merci à vous deux d’exister… »

(à suivre…)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription