Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

14 – Karine au réveil, sortie entre amis (3/4)

! Signaler un contenu abusif

« Il y a une chose qui m’ennuie, je mouille déjà, ça va se voir au travers de ma culotte »
« Pour une fois que tu en portes, il faut bien en accepter les inconvénients, fais voir ? »
Elle se tourne vers moi, lève la mini robe dans un geste naturel.
« Pas de tâche humide, pas de problèmes »
« OK, ça va …et toi mon cœur, ça va ? Toujours prêt à donner « ta femme adorée » à ce Xavier ? Ce… gode vivant ? »
« Plus que jamais, j’en suis si excité que je sens déjà la petite perle au bout de ma queue, tu sais, celle que tu aimes lécher ? Je mouille, mais bon sang j’ai tellement envie de voir ma petite pute défoncée en plein air ! »

Karine s’approche, embrasse ma bouche, caresse la bosse devant mon pantalon.
« C’est excitant mais peut-être devrais-tu penser à quelque chose de triste, histoire de bander moins ostensiblement ? » Elle rit !
« On ne sait jamais, peut-être verrais-je une jeune femme séduisante et séduisable ? »
« Alors là mon chéri, j’approuve, si elle est bonne, tu as déjà mon accord »
« On verra, on ne va quand même pas la-bas en prédateurs sexuels ! »
« Voire… » Karine me fait un grand clin d’œil, elle est fébrile, partagée entre son envie de sexe buissonnier (approuvé par son homme) et la peur de l’inconnu. C’est tellement bon, jouissif, la première fois qu’on réalise un fantasme.

Nous partons. J’ai ouvert le toit de mon coupé-cabriolet, le vent nous rafraîchit. Je regarde en coin les jambes de ma femme, quelles cuisses magnifiques ! On voit très bien sa culotte, Xavier va être bluffé. Reste à savoir comment il va prendre que je sois au courant et même plus, l’initiateur de son projet -sauter ma femme- sans qu’il en ait été prévenu ?

Le comportement de nos amis à notre arrivée, surtout les hommes mais aussi quelques femmes, confirme la quasi obscénité de la tenue de Karine. Quand elle descend de la voiture basse, j’ai l’impression de voir des yeux tomber par terre, comme dans un dessin animé de Tex Avery !

Nous déambulons un verre à la main parmi la centaine de convives. Belle organisation, nous sommes sur une immense pelouse, au bord d’un bois nous abritant du soleil… Laissant Karine à Xavier, je vais faire un tour dans le bois, il descend très vite en pente touffue, ménagée de mini clairières… bien pratique pour du libertinage champêtre !

Ma chérie boit un peu de champagne et m’attire à l’écart.
« J’ai une nouvelle : Xavier dit que nous sommes candaulistes, ça ne le dérange pas, au contraire, il veut bien que tu viennes avec nous »
« Je lui donne ma femme et il « accepte », il est trop bon ! Candaulistes ? Je connais, je vois ce qu’il veut dire… »
« Ne te fâches pas mon amour, on s’en va si tu veux ? »
« Certainement pas, allons boire un verre avec lui, on verra bien »
Karine sait que je suis ce qu’on appelle un « mâle dominant » dans la meute. C’est vrai, je n’y peux rien, ça peut même être désagréable parfois… mais j’assume.
Xavier n’a qu’a bien se comporter avec ma chérie, je ne lui demande rien de plus.

Nous parlons tranquillement tous les trois. Xavier est finalement plus gêné que moi, ça m’arrange ; je reprends le contrôle.
On s’éclipse discrètement dans le bois, eux deux en premier, moi en « couverture », à veiller de ne pas être trop remarqués. C’est notre première fois de cette façon, quasi « sociétale » !
Je les retrouve. Xavier tient ma chérie dans ses bras, en l’embrassant il glisse une main sous sa robe, il passe ses doigts dans la petite culotte. Karine recule à peine, elle passe un doigt de chaque coté dans la culotte et l’enlève d’un coup. Xavier est un peu soufflé, je le comprends. Ses mains saisissent les fesses de ma femme, les pétrissent. Il passe très vite sa main droite devant, caresse sa fente « c’est bon, tu es mouillée »

Je les rejoins « Ne restez pas là, j’ai vu des petits bosquets où se cacher pour baiser, venez »
A l’abri, Xavier relève facilement la robe légère de Karine par-dessus sa tête.

La voici nue en plein air, la main de Xavier fouillant maintenant sa fente sans ménagement. Je devine ses doigts dans sa chatte, il passe l’autre main entre les adorables fesses de Karine et frotte sa rondelle puis lui rentre doucement un doigt dans le cul. Elle se tortille, elle aime tellement ça. S’il veut l’enculer, il n’y aura pas de problème.

(à suivre…)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription