Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

1/5 La femme de mon ami

! Signaler un contenu abusif

Ami et libertin de longue date, Olivier vient de se marier avec… "une" certaine Alexandra.
Je ne la connais pas, il n’a prévenu personne de notre petit groupe de vieux potes, pas même moi, le plus proche. Hier encore, je le pressais de questions sur sa jeune femme. Il en parlait mais… je ne l’avais toujours pas rencontrée…

« C’est l’Arlésienne "ton" Alexandra ? »
« Elle sera là demain, je te le promets ! »
« Tu es bien mystérieux ! »
« Je n’avais pas envie qu’un de vous me la vole avant que je ne concrétise (il rit) et… qu’on se marie ! Voilà ! »
« C’est idiot, tu sais bien que personne ne prendrait le risque de se fâcher avec toi. Elle est si belle que ça ? Où est-elle ? Tu la caches ? »
« Je ne la cache pas, elle arrivera demain. Un ennui familial la retient et après avoir organisé notre petite fête, elle est partie très vite. »

Le lendemain, à l’arrivée de la mystérieuse Alexandra, je comprends mieux... Les présentations sont rapides, les circonstances nous pressent. J’ai droit à un regard direct, d’un bleu très clair, quasi transparent, les pommettes hautes, un vrai profil slave. Elle est arrivée pendant que je me préparais. Cheveux blonds "lin" dégageant un cou fin, elle porte une robe rouge. Je ne peux m’empêcher de la "détailler" par réflexe de vieux dragueur "lubrique". Je ne décèle aucun sous-vêtement mais il y a des dessous trompeurs, mon avis reste réservé…

Elle est magnifique, voilà, c’est le terme exact : MA-GNI-FI-QUE ! Je suis bluffé par sa beauté et… sa jeunesse, mais ce dernier « détail » ne me gène pas trop !

Sa robe légère très-très courte, taille haute, part en larges plis comme une toge romaine. Deux bandes froncées croisent dans son dos et passent sur le devant où elles sont sensées cacher ses seins en poire, fiers et libres sous le léger tissu. Soucieuse de se montrer un maximum, Alexandra a resserré les plis, dévoilant ses flancs. Sa poitrine bouge et exhibe à chaque geste les bords de ses seins ronds et nus, cherchant à sortir de l’étoffe ; j’ai envie d’y passer la main, de caresser sa peau que je devine douce et tiède, de titiller les bouts d’aréoles claires, visibles sous la finesse du tissu.

Elle me jette un coup d’œil "en coin", devine mon regard d’envie, heureuse de l’effet produit par son physique sur ses invités. La fête bat son plein, maintenant que tout le monde est là et nous sommes éloignés par les convives ravis de faire la connaissance de la souriante épouse d’Olivier. Je profite d’un moment de calme pour parler agréablement de choses futiles avec des gens charmants… Quoique ce ne soit pas une "fête libertine", quelques rencontres s’avèrent pleines de piquant et d’imprévus… Une journée comme je les aime, en somme.

Plus tard, raccompagnant les gens vers leurs autos, Alexandra arrête de rire en passant à ma hauteur, baissant les yeux dans un mouvement que je crois être de pudeur. Je me trompe lourdement, la belle est en colère !

Je détache avec peine mes yeux de sa fine silhouette, ses cuisses dévoilées haut par la robe courte, à chacun de ses mouvements. De temps en temps, au hasard de ses voltes, je vois brièvement l’intérieur de ses cuisses musclées de sportive. Consciente de dévoiler un peu de son intimité, elle se débrouille pour être face à moi quand elle s’accroupit, faussement innocente mais si heureuse de s’exhiber que ses yeux en pétillent de malice ! Je me fais complice de son jeu, à la grande joie d’Olivier, toujours attentif à son amoureuse.

« Elle est très belle, n’est-ce pas ? »
Arrivé sans bruit, Olivier murmure dans mon dos, je me tourne et vois qu’il adresse un clin d’œil à sa femme.
J’ai du mal à cacher mon admiration :
« Oh oui ! Elle est splendide… Peut-être un peu exhibitionniste, mais te connaissant je sais que tu ne pouvais que choisir une compagne à la fois sensuelle ET coquine ! »
J’exprime librement mon enthousiasme, Olivier est un vieux compagnon de bordées et nous avons partagé quasiment toutes les femmes de nos vies, le plus souvent au même moment.

« Tu as vu juste. C’est une coquine et à toi je peux le confier, une audacieuse cochonne, une vraie salope, je n’ai pas peur de le dire, j’en suis même fier ! Bref… Je veux te dire un secret avant qu’elle revienne : sexuellement, ses fantasmes sont "exhibition et soumission", elle était donc prête pour être initiée au candaulisme, tu avoueras ? Voilà, tu sais tout et pourtant… tu ne sais presque rien d’elle, en fait ! (rire) »
« Tu arrêtes maintenant, tu parles à un homme sevré de sexe depuis plusieurs semaines. »

Un grand sourire éclairant son visage, Olivier me crie dans les oreilles :
« Hypocrite, menteur ! Je serais très étonné que Valérie et Arnaud ne t’aient pas fait des propositions… disons… indécentes, voire malhonnêtes ? »
« Je peux t’avouer que non seulement ils m’ont fait ces propositions mais que nous les avons concrétisées au plus grand plaisir des trois joueurs ! »
« Tu es bien resté le même ! Si je pensais te faire saliver, c’est que j’ai une raison et tout à l’heure tes regards m’ont conforté : Alex te fait envie, tu vas l’essayer, elle ne dira pas non… »
(à suivre)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription